lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > L’ASMP-A arrive dans les forces aériennes stratégiques

L’ASMP-A arrive dans les forces aériennes stratégiques

Armée de l’Air, Ministère de la Défense

mardi 6 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le 1er octobre 2009, le système d’arme que constitue le Mirage 2000 N et le missile air sol moyenne portée amélioré (ASMP-A), a été déclaré opérationnel,sur la base aérienne 125 « Charles Monier » d’Istres. Pour cette occasion, le général Jean-Paul Palomeros, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), le général Paul Fouilland, commandant les forces aériennes stratégiques (FAS) et Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement (DGA) ainsi que quelques invités se sont rendus sur la base d’Istres.

Après une revue des troupes, le général Fouilland, a rappelé au cours de son discours : « L’année 2009 marque donc la volonté de la France de pérenniser ces forces ». Il rappelle avec émotion qu’il y a tout juste quarante cinq ans, le 1er octobre 1964, « le système d’arme Mirage IV-AN11 est déclaré opérationnel sur la base de Mont de Marsan. L’année 1964 marque la volonté de la France de maîtriser son destin en mettant sur pied des premières forces de dissuasion nucléaire confiées à l’armée de l’air ». Une histoire de quelques décennies, dont l’écriture se poursuit encore aujourd’hui.La cérémonie a été qualifiée de « manifestation simple, digne et parfaite » par le CEMAA, lors de son discours dans le hangar de l’escadron "Limousin". Il souligne que la France se devait « d’être au rendez-vous de l’histoire de la dissuasion » et explique que « l’ASMP-A est une arme redoutable qui ne connaît pas d’équivalent. Aujourd’hui peu de nations nous égalent, n’ayons pas peur de le dire, soyons fiers ! ».

Le programme strictement national ASMP-A bénéficie en effet des avancées techniques les plus récentes. Ce missile possède, grâce à sa portée, à sa précision et à sa diversité de trajectoires, la possibilité de passer au travers des défenses actuelles ou en cours de développement. Le délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon a profité de la circonstance pour également prendre la parole et rappeler « la performance peu banale de ce nouveau missile. Aujourd’hui a été posé le premier jalon de notre dissuasion. Rien n’est jamais acquis, la technologie nous rattrape. »

Sur le tarmac, les invités discutent avec les ingénieurs, les pilotes et les techniciens : tous ces acteurs engagés ont apporté savoir-faire, énergie et volonté. Le capitaine L., 30 ans, pilote de Mirage 2000 N à l’escadron 3/4 "Limousin", confie que « l’arrivée d’un nouveau système d’arme se déroule tous les vingt ans, c’est une chance exceptionnelle de vivre cette expérience. » Et d’ajouter, « j’ai pu découvrir un univers que je ne connaissais pas encore, travailler avec des ingénieurs, réaliser des essais et écrire les textes. C’est un travail enrichissant dans une carrière de militaire. » Cette mise en service « signe enfin pour les forces aériennes stratégiques un nouveau chapitre de son histoire. Elles poursuivent leur mission permanente de dissuasion nucléaire, socle de notre stratégie générale de défense », conclut le général Fouilland.

Reportage : Sous-Lieutenant Charline Redin


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :