dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Les Assises à l’heure de l’intelligence économique

Les Assises à l’heure de l’intelligence économique

Stéphane Bellec, 01net

jeudi 8 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La 9e édition des Assises de la sécurité s’est ouverte sur une plénière axée autour de la protection du patrimoine numérique. A l’unisson, membres de la Défense nationale, avocats et analystes se sont passés le relais pour sensibiliser les entreprises sur la question.

Monaco, hier, 15 heures. Les Assises de la sécurité démarrent avec l’intervention de Patrick Pailloux, directeur de l’Anssi, qui plante le décor : « Les entreprises sont le poumon économique de la France. Aussi faut-il assurer la protection de leurs informations, qui représentent le patrimoine industriel du pays. » Mais pas n’importe comment ! Il faut surtout ne pas communiquer de travers.

Un des risques, illustre le général Marc Watin-Augouard, « serait de respecter à la lettre cette consigne qui consiste à dire aux entreprises de se recentrer sur le cœur de métier ». Cette logique économique pousse certaines à s’enfermer sur elles-mêmes alors qu’il faut échanger et communiquer, notamment sur les incidents. Patrick Pailloux insiste bien là-dessus : « Nous avons besoin de vos retours. Connaître les problèmes rencontrés nous permettra de les comprendre. »

Sans oublier le positionnement face à l’Europe. Pour Maître Yves-Marie Moray, président d’Eurolaw (Association européenne des avocats lobbyistes), les entreprises doivent se réapproprier le territoire et s’imprégner de la culture européenne. Faire intervenir Bruxelles, entre autres, sur la législation. La notion de normes et de certification doit devenir un réflexe. Les respect des normes ISO 27001 et 27002 est un bon début mais il faut l’étendre aux PME qui ont du mal à adopter une approche normative. Pour appuyer son argument, il ajoute : « Si vous n’imposez pas vos normes, ce seront les autres qui vous imposeront les leurs. »

Réprimer le crime de sang, mais aussi le crime numérique

Pour Maître Caprioli, « le législateur ne fait pas son boulot sur la question de la répression. Le manque de sévérité n’est pas dissuasif ». Un projet de loi datant du 17 juin 2009 sur la protection des informations numérique (loi 1754) tente pourtant de définir un périmètre quant aux dommages subis par l’entreprise en cas de vols d’informations, considérant que le bond technologique qui a eu lieu a modifié en profondeur la valeur de l’entreprise.

Mais jusqu’ici, le seul cas recensé de dédommagement est celui d’une maison de disque qui a vu son préjudice évalué sur la manque à gagner. « Dès lors qu’il y a viol du système d’information, il faut pouvoir constituer l’infraction. Et comme elle dépend de ce qui a été mis en place comme moyen de protection, on aura plus ou moins de mal à la caractériser », souligne l’avocat.

Des outils pour comprendre

« Nous avons l’ardente obligation de faire en sorte que tous les jeunes reçoivent l’information de l’intelligence économique. S’il est trop tard pour les risques d’aujourd’hui, ça ne l’est pas pour ceux de demain », affirme le général Watin-Augouard. Chez International Focus, des analystes travaillent notamment sur une cartographie de la circulation de l’information, à l’aide d’un logiciel développé en interne baptisé Globe Expert. Celui-ci utilise des méthodes quantiques pour parcourir deux millions de documents en provenance de médias, d’universités, de blogs, de centres de recherche et de tout le pays. Ce qui permet d’identifier les domaines d’échanges d’informations les plus forts mais aussi d’avoir une idée de l’équilibre entre les entrées et les sorties.

On constate, par exemple, que dans le domaine de la santé, la France fait entrer plus de données qu’elle n’en fait ressortir, sous-entendant, par exemple, une criticité de l’information dans ce domaine. Pour conclure nous reprendrons une phrase de Patrick Pailloux : « L’avenir de la protection du pays passera par la celle du système d’information. »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :