mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Garde à vue prolongée pour un ingénieur du suspect d’entretenir des (...)

Garde à vue prolongée pour un ingénieur du suspect d’entretenir des liens avec Al Qaida

Le Monde, avec Reuters et AFP

dimanche 11 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La garde à vue d’un chercheur du Centre de recherche nucléaire de Genève (CERN) mis en cause pour ses relations avec un groupe armé algérien a été prolongée ce week-end, indique, dimanche, le parquet de Paris. Son frère, arrêté en même temps que lui jeudi à Vienne (Isère), a en revanche été mis hors de cause et libéré.

Le suspect principal, un ingénieur Français d’origine algérienne de 32 ans, était en contact par internet avec des personnes proches d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), l’ancien GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) rallié au réseau dirigé par Oussama Ben Laden. AQMI a revendiqué de nombreux attentats meurtriers en Algérie et juré de s’en prendre à la France.

Le suspect français a été confondu grâce à l’interception d’échanges informatiques par les services de renseignement américains qui ont alerté les services français il y a environ un an. L’homme avait été placé sous surveillance depuis un an dans le cadre d’une instruction plus large portant sur le recrutement de combattants pour l’Afghanistan.

C’est lorsqu’il a été décidé une disjonction et que le nouveau dossier a été confié la semaine dernière à un nouveau juge d’instruction, Christophe Teissier, que son arrestation a été décidée. En fin de semaine dernière, le Cern, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire a précisé que l’homme poursuivait ses recherches dans le cadre d’un contrat avec un institut extérieur et qu’il n’avait jamais été en contact avec un élément pouvant être utilisé à des fins terroristes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :