mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Mise en examen du physicien du Cern présumé proche d’Al (...)

Mise en examen du physicien du Cern présumé proche d’Al Qaïda

Reuters

lundi 12 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Un physicien du Centre de recherche nucléaire de Genève (Cern) arrêté la semaine dernière en France a été mis en examen lundi pour de supposés projets d’attentats, apprend-on au parquet de Paris.

Ce Français d’origine algérienne de 32 ans interpellé jeudi à Vienne (Isère) est poursuivi pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

"Le parquet a demandé son placement en détention après son audition par le juge d’instruction Christophe Tessier", a dit une porte-parole aux agences de presse.

L’homme est mis en cause pour des relations avec un groupe armé algérien, Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Actif en Algérie et dans des pays voisins, ce groupe s’est affilié à celui d’Oussama ben Laden et a menacé la France d’attentats.

Dans ses messages internet interceptés par le renseignement, le suspect a évoqué des projets d’attentats, mais de manière générale et sans implication opérationnelle, a dit dimanche une source judiciaire.

Ses idées de passage à l’acte n’avaient pas de rapport dans ses messages avec le nucléaire. Il ne détenait ni armes ni explosifs et était apparemment seul à concevoir ces idées.

Son frère, arrêté en même temps que lui, a été mis hors de cause et libéré samedi.

Le suspect a été confondu grâce à l’interception d’échanges informatiques par le renseignement américain - doté d’équipements capables d’une telle surveillance au niveau mondial - qui a alerté l’antiterrorisme français il y a environ un an, dit-on de source judiciaire. Il avait alors été placé sous surveillance dans le cadre d’une instruction plus large portant sur le recrutement de combattants pour l’Afghanistan.

En fin de semaine dernière, le Cern, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, a précisé que l’homme poursuivait ses recherches dans le cadre d’un contrat avec un institut extérieur et qu’il n’avait jamais été en contact avec un élément pouvant être utilisé à des fins terroristes.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :