jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Bouclier antimissile : Clinton proposera à Moscou de coopérer (...)

Bouclier antimissile : Clinton proposera à Moscou de coopérer (journal)

RIA Novosti

mardi 13 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La délégation conduite par la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton proposera à Moscou créer conjointement un système de défense antimissile (ABM), a déclaré mardi le conseiller du président américain en charge de la Russie et de l’Eurasie, Michael MacFall dans un entretien au quotidien d’affaires russe Kommersant.

Barack Obama a annoncé le 17 septembre l’abandon des plans de l’administration précédente relatifs à l’implantation en République tchèque et Pologne d’un radar et de dix missiles intercepteurs, censés parer à la "menace balistique iranienne". Selon le président en exercice, les Etats-Unis créeront un nouveau système de défense antimissile, moins onéreux et hautement technologique. Les Etats-Unis ont également promis de tenir compte du point de vue de Moscou concernant le bouclier antimissile. Les premières consultations russo-américaines sur le nouveau système ABM se sont déroulées la veille à Moscou.

"Le principal résultat des rencontres des présidents Medvedev et Obama consiste dans le fait que ce système doit être créé avec la participation de la Russie", a expliqué l’expert américain.

D’après M.MacFall, la déclaration de l’assistant du secrétaire américain à la défense, Alexander Vershbow sur une éventuelle implantation d’éléments du bouclier antimissile en Ukraine a été faussement interprétée par les journalistes. "L’Ukraine n’a jamais fait l’objet de discussions dans le contexte de l’ABM", a-t-il assuré.

A son tour, le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Andreï Nesterenko, a déclaré lundi au journal que la Russie était toujours prête à prendre part à la mise en place d’un système d’ABM collectif conjointement avec les Etats-Unis et l’OTAN et que ses propositions relatives à l’utilisation, dans le cadre de ce système, des radars russes à Armavir (Caucase du Nord) et de Gabala (Azerbaïdjan) restaient en vigueur.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :