jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Appel à communications de la R2IE - Culture du renseignement et (...)

Appel à communications de la R2IE - Culture du renseignement et intelligence économique

R2IE

mardi 13 octobre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les mots sont piégés et leur polysémie pose finalement autant de problèmes qu’elle n’offre d’ouvertures. C’est le cas, en France, du terme « renseignement ». Est-ce pour cette raison que le groupe de travail présidé par Henri Martre proposa officiellement en 1993 le terme d’Intelligence Economique ? Rappelons qu’à l’époque où la France commençait à réfléchir sérieusement au problème, la Society of Competitive Intelligence Professionnals (www.scip.org ) comptait déjà 3.000 membres. Puis, la reprise d’un concept anglo-saxon ne devait-elle pas logiquement assurer sa légitimité quand on sait que les bonnes idées de management viennent nécessairement d’outre-Atlantique ? Le terme « Intelligence économique » aura pourtant du mal à s’imposer dans un pays qui se méfie autant du renseignement (Dewerpe, 1994) qu’il vénère l’intelligence individuelle. Car cette querelle sur le sens des mots est la manifestation d’un mal plus profond : un manque de considération pour la fonction renseignement au sens large.

Pour Harkavi, cité par Ben Israël (2004), "le renseignement est une institution de clarification de la réalité". Et Ben Israël, d’ajouter : "la science l’est tout autant. C’est pourquoi plus d’un considèrent comme légitime que les méthodes utilisées en sciences le soient également dans le Renseignement". Si en effet, la filiation épistémologique et méthodologique entre la science et le renseignement est évidente (la lecture d’auteurs comme Kuhn, Feyerabend, ou Ben Israël par exemple), l’intelligence Économique apparaît aujourd’hui comme le parent pauvre du renseignement. Une réflexion approfondie sur ses spécificités culturelles et méthodologiques, ainsi que sur ses fondements philosophiques lui font encore cruellement défaut. Compte tenu de la place croissante accordée à l’IE dans la mise en oeuvre d’une politique de puissance, c’est le renouveau même d’une culture française du renseignement qui est en jeu.

Ce dossier de la R2IE visera donc à éclaircir, entre autres, les points suivants :

- Quelles filiations historiques, sociologiques ou méthodologiques peut-on établir entre le renseignement et l’intelligence économique en France mais aussi dans les autres pays (on songera, en particulier, à la Suède et aux Etats-Unis) ?

- Quelles sont les spécificités du renseignement économique ?

- Quels liens peut-on tracer entre le renseignement, l’influence et les manoeuvres économiques dites "subversives" ?

- Les méthodes d’investigation utilisées par les professionnels de l’IE se distinguent-elles de celles employées par la communauté du renseignement ?

- Face à l’explosion des TIC et des technologies de Business Intelligence, quel est désormais le socle épistémologique de l’univers du renseignement ?

- Peut-on parler de "culture française du renseignement" ?

- Quelle est la place de l’Etat et comment articuler les intérêts privés des firmes avec un certain « patriotisme économique » ?

- LOPSI II : quel est l’impact envisageable sur l’exercice des activités d’intelligence économique ?

- Date limite d’envoi des propositions de communication (1 à 2 pages) : 10 novembre 2009
- Réponse aux auteurs dès le : 15 novembre 2009
- Date limite d’envoi des articles complets : 31 décembre 2009

Nous remercions les auteurs de bien vouloir consulter les consignes de rédaction, disponibles sur notre site internet : http://r2ie.fr.nf/appels.html

Les auteurs peuvent également nous faire parvenir leurs contributions sur d’autres thèmes relatifs à l’IE.
Adresse de contact pour l’envoi des communications : Nicolas Menguy, secrétaire général de la rédaction (nicolas.menguy[a]gmail.com)

URL de la source : http://r2ie.fr.nf

Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :