dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Un terroriste appelle à attaquer les intérêts français

Un terroriste appelle à attaquer les intérêts français

Jean Chichizola, le Figaro

jeudi 8 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Dans une vidéo diffusée par des sites islamistes, un djihadiste syrien, compagnon de Ben Laden, menace la France pour son action contre la Syrie.

« IL EST DE NOTRE DROIT légitime de frapper la France car nous sommes en guerre contre ce pays. J’appelle tous les moudjahidins de Syrie, du Liban, des pays du Levant et d’ailleurs à frapper (son) coeur et ses intérêts où qu’ils se trouvent. » Une kalachnikov accrochée au mur derrière lui, l’homme qui profère ces menaces sur une vidéo diffusée par des sites islamistes est une vieille connaissance des services de renseignements français et de l’Algérien Rachid Ramda. Combattant en Afghanistan dans les années 80, il y a rencontré Oussama Ben Laden en 1988. Et il est mis en cause comme l’un des inspirateurs des attentats de Londres en juillet dernier et de Madrid en mars 2004.

Né le 26 octobre 1958 à Alep (Syrie), Mustafa Setmarian Nasar, alias Abou Mousab al-Siri, a été arrêté le 31 octobre dernier à Quetta, au sud-ouest du Pakistan. L’homme aurait laissé un testament spirituel sous la forme d’une vidéo d’une heure tournée peu après les attentats de Londres du 7 juillet et essentiellement consacrée à cet événement.

Alertée, la DST a immédiatement traduit le discours. Ce texte, que Le Figaro a consulté, se distingue par de très vives attaques contre Paris. Les services français n’écartent pas une manipulation. Mais ils prennent très au sérieux l’effet qu’un tel appel à la violence, attribué de surcroît à un terroriste de renom, pourrait produire sur des groupes islamistes. Dominique Thomas, auteur de Londonistan, le djihad au coeur de l’Europe, juge ce message « d’autant plus inquiétant qu’il intervient dans un contexte de durcissement du discours contre la France ».

« Mener des actions rapidement »

Les propos attribués à Abou Mousab al-Siri, surnommé « le Rouquin » en raison de sa couleur de cheveux, ne visent pas seulement la France. Il appelle aussi « les moudjahidins (...) à agir rapidement et à mener des actions contre la Grande-Bretagne, l’Italie, la Hollande, le Danemark, l’Allemagne, le Japon, l’Australie, la Russie et la France ou contre leurs intérêts dans les pays musulmans et partout ailleurs ». Au-delà, les terroristes doivent « mener des actions contre tous les pays qui sont présents militairement en Irak, en Afghanistan et dans la péninsule arabe ». « Le Rouquin » appelle aussi « toutes les cellules dormantes à se réveiller car la guerre a atteint son point culminant et l’ennemi est sur le point de vaciller ».

L’orateur revient sur la campagne d’attentats commis en France en 1995. A l’époque, le Syrien vivait à Londres où il animait le journal al-Ansar, organe du Groupe islamique armé algérien qui les avait revendiqués. Il fréquentait alors des « frères » dont Rachid Ramda, extradé la semaine dernière de Grande-Bretagne en France et soupçonné d’être un des financiers de la campagne d’attentats de 1995. Il se prétend même l’auteur du dessin publié par al-Ansar où l’on voyait une tour Eiffel voler en éclats. Plus sérieusement, il affirme révéler certains points demeurés « secrets ». « J’ai conseillé à l’émir du GIA, qui était à l’époque Abou Abdallah Ahmad, et à la direction de cibler la France afin de la punir pour la lutte qu’elle mène contre les moudjahidins (et pour son) soutien au gouvernement militaire dictatorial (algérien). »

En 1995 comme aujourd’hui, la France demeure une cible. « Il ne faut pas se laisser duper par les positions commerciales (françaises) à l’égard de la cause palestinienne et de l’Irak », estime le terroriste syrien, qui ajoute qu’attaquer la France est « légitime » dès lors qu’elle a commencé « à s’ingérer dans les affaires de la Syrie et du Liban » et qu’elle a participé à la rédaction de la résolution 1559 de l’ONU « qui constitue un prélude à l’invasion de ces deux pays ». Le texte reprend alors les neuf « motifs qui légitiment l’action » contre Paris : tentative d’imposer « un embargo sur la Syrie en s’aidant des Nations unies, de l’Amérique et de la Grande-Bretagne », volonté de « désarmer tous ceux qui veulent résister à Israël », « soutien aux juifs depuis fort longtemps » et fourniture de l’arme atomique « à l’Etat sioniste », placement du Hamas et du Djihad islamique palestiniens sur la liste des organisations terroristes, occupation de « certains pays musulmans en Afrique », participation « au génocide contre les Musulmans de Bosnie », envoi de soldats en Afghanistan, appartenance à l’Otan et enfin décision d’interdire « aux musulmanes le port du voile sur son sol ».


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :