jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Perseus : un module pour protéger les communications privées… et le (...)

Perseus : un module pour protéger les communications privées… et le téléchargement illégal ?

ZDNet.fr

mercredi 4 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Mis au point par des chercheurs français de l’Ecole Supérieure d’Informatique Electronique Automatique, Perseus est un protocole de chiffrement des échanges entre deux ordinateurs qui rend très difficile toute écoute des flux de données. Un système qui pourrait être récupéré pour se protéger des mesures anti piratage de la loi Hadopi.

Un groupe de spécialistes en sécurité de l’ESIEA (Ecole Supérieure d’Informatique Electronique Automatique) a présenté au Luxembourg un module pour Firefox baptisé Perseus. Celui-ci est destiné à lutter contre le piratage des données personnelles en cryptant les échanges au format http entre deux ordinateurs.

Le système fonctionne en plusieurs étapes : les données sont d’abord chiffrées, le code généré étant ensuite brouillé par un bruit numérique. La clé de déchiffrement est envoyée au destinataire avant l’échange et le code de chiffrement change à chaque opération.

Intercepter puis décoder les données ainsi protégées nécessite une puissance de calcul très importante que les pirates ne pourront ou ne voudront pas mobiliser. L’ESIEA a publié le code source de Perseus qui a été diffusé sous forme d’extension en version bêta pour Firefox. Le module n’est pas disponible pour Windows, mais cela n’est sans doute qu’une question de temps.

Car Perseus pourrait rapidement voir sa vocation initiale détournée au profit du téléchargement illégal. Le système peut tout à fait servir à protéger les internautes des mesures d’écoute entérinées par la loi Hadopi. A cette nuance près que Perseus fonctionne avec le http et non le peer to peer. Mais comme le reconnaît Eric Filiol, le directeur du Laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelles, cité par le nouvelobs.com : « quand nous avons développé Perseus, nous n’avons pas du tout pensé à Hadopi. Notre but était de protéger les communications privées contre les attaques malveillantes. Mais il est vrai que cette technologie est un peu en train de nous échapper ». (Eureka Presse)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :