mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un militaire péruvien accusé d’espionnage pour le Chili

Un militaire péruvien accusé d’espionnage pour le Chili

AFP

vendredi 13 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Un sous-officier de l’armée de l’air péruvienne a été arrêté dans son pays pour espionnage pour le compte du Chili, une source potentielle de tensions entre les deux voisins andins, a rapporté vendredi la presse péruvienne.

Un sous-officier de l’armée de l’air péruvienne a été arrêté dans son pays pour espionnage pour le compte du Chili, une source potentielle de tensions entre les deux voisins andins, a rapporté vendredi la presse péruvienne.

Victor Ariza Mendoza, 45 ans, un spécialiste du renseignement électronique, devrait être inculpé très prochainement pour « trahison de la patrie », selon des sources militaires citées par la presse qui publie sa photo en première page.

L’espion présumé aurait été enrôlé par les services secrets chiliens au cours de missions qu’il avait effectuées auprès de l’ambassade du Pérou à Santiago en 2002. Il aurait depuis fourni des renseignements moyennant des rémunérations entre 5000 et 8000 dollars, selon les médias.

Il aurait été démasqué après l’alerte donnée par un collègue et un « piège » tendu par le contre-espionnage péruvien.

Aucune autorité militaire ou politique péruvienne n’a voulu confirmer vendredi cette information révélée d’abord par la radio indépendante RPP jeudi soir.

Le chef de la diplomatie chilienne Mariano Fernandez, interrogé à Singapour par la presse chilienne, a indiqué n’avoir reçu jusqu’ici « aucune information officielle » de Lima.

Le délit de « trahison » est aujourd’hui passible au Pérou de la prison à perpétuité. En 1979, un sous-officier péruvien espion pour le compte du Chili avait été exécuté, mais la peine capitale n’est depuis plus autorisée que pour les crimes de trahison en temps de guerre.

Si elle se confirme, cette affaire d’espionnage devrait susciter un raidissement entre les deux pays au voisinage compliqué. Les relations économiques et politiques sont bonnes, mais régulièrement viciées par des thèmes de sécurité militaire, comme l’accusation par Lima d’un « surarmement » chilien, ou territoriaux, comme un différend maritime porté devant la Cour internationale de justice.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :