jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un ex-maquilleur de la CIA s’est reconverti dans la prothèse (...)

Un ex-maquilleur de la CIA s’est reconverti dans la prothèse faciale

Métro

lundi 12 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

"On est capable maintenant de faire des masques en silicone ressemblant à la peau humaine à s’y méprendre comme dans le film Mission : Impossible avec Tom Cruise." bob barron

"A la CIA, où j’ai travaillé près de vingt-cinq ans jusqu’en 1993, j’ai souvent changé l’identité d’agents et de transfuges pour les faire sortir" des pays où ils risquaient leur vie, raconte Bob Barron, la soixantaine, grosse moustache et crinière blanche.

De formation artistique, Bob Barron affirme avec fierté avoir contribué à l’évolution des techniques de déguisement à la CIA, où il a débuté dans la contrefaçon de documents et de passeports. "Les déguisements devaient être parfaits pour éviter que le subterfuge soit détecté, même de très près, car la vie de ces agents en dépendait", ajoute-t-il en référence à certaines missions au-delà du rideau de fer pendant la guerre froide.

Déclinant les offres des studios d’Hollywood lorsqu’il a pris sa retraite de la CIA, il a préféré consacrer sa seconde carrière aux personnes défigurées. Depuis l’ouverture de son cabinet, Custom Prosthetic Designs, il y a une dizaine d’années, il a fabriqué des centaines de faux nez, d’oreilles et de yeux.

De la silicone et de la colle L’ex-maître en déguisement se prépare à poser une oreille à un garçon de 5 ans, Peter Dankelson, souffrant d’une malformation congénitale. Peter et ses parents ont fait neuf heures de route pour venir du Michigan (Nord).

Sortant l’oreille de silicone du moule où elle a cuit dans un four, Bob applique une colle spéciale et la pose sur le côté gauche de la tête du garçon en expliquant à sa mère comment retirer la prothèse pour la nuit avant de la reposer le matin. Il prend ensuite sa palette de couleurs et commence avec de petits pinceaux à colorer la prothèse jusqu’à ce qu’elle se fonde parfaitement dans le visage de Peter et ressemble parfaitement à son autre oreille. Peter, fier d’"avoir enfin deux oreilles comme papa", se dit impatient de retourner à l’école. jean-louis santini/AFP

’Plus d’infos : www.prosthesis.com

La pose de tels masques prend de trois heures et demie à quatre heures. Un faux nez peut protéger des tissus à vif et une fausse oreille restaurer 20% de l’ouïe, selon Bob Barron


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :