mercredi 1er octobre 2014

Accueil du site > Technologie > Le policier du futur étoffe sa panoplie

Le policier du futur étoffe sa panoplie

Christophe Cornevin, le Figaro

mardi 17 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Elle est conçue pour s’adapter aux dernières tendances de la délinquance. Ces innovations pourraient se généraliser à l’horizon 2012.

Alors que l’efficacité de la multiplication des effectifs en tenue sur le terrain est de moins en moins évidente et que les budgets sont à la rigueur, le policier poursuit une spectaculaire métamorphose. L’époque du gardien en pèlerine et de son antique sifflet à roulette est révolue. Au moment où Milipol, le Salon mondial de la sécurité intérieure des États fête à partir de mardi ses 25 ans à la Porte de Versailles de Paris autour d’un millier d’exposants high-tech, Le Figaro dresse le portrait-robot du policier de demain. Loin de la science-fiction puisque ces équipements devraient se développer dans les toutes prochaines années.

Informé par des caméras

La vidéosurveillance, dont le nombre de caméras va tripler, ne suffit plus. Le policier nouveau fait appel à la troisième dimension : « La police loue des avions de surveillance pour les grands événements tels que la Coupe du monde de rugby ou le réveillon de la Saint-Sylvestre, confie Patrick Guyonneau, ingénieur en chef de l’armement et patron du service des technologies de la sécurité intérieure (STSI). Lancé il y a deux ans, un programme de minidrones commence à trouver des applications opérationnelles. » Ainsi, l’aéronef de poche Elsa à aile fixe peut venir en appui pour n’importe quelle mission de renseignement : maniable, projetable à deux kilomètres de son point d’envol, il est truffé de caméras à grande focale, fonctionnant de jour comme de nuit. Un drone quadricoptère miniature de la taille d’une boîte à chaussures complète l’attirail : léger et lui aussi silencieux, ce mouchard du ciel est capable d’espionner en vol stationnaire. Au sol, un camion régie surmonté d’un objectif à haute résolution filmera, à des fins judiciaires et d’identification, les casseurs. Le policier lui-même porteur d’une microcaméra « piéton » enregistrera vidéos et sons en patrouilles. Idéal pour éviter toute forme de « bavure ».

Mieux protégé

« Face à la radicalisation croissante de certaines franges de la population contre la police, tout est fait pour mieux protéger nos hommes », martèle-t-on à la Direction générale de la police nationale (DGPN). Doté d’un casque durci dont la visière est plus résistante, le policier va porter des lunettes ergonomiques résistant aux plombs de chasse, comme ceux qui avaient été tirés à Villiers-le-Bel. Au besoin, un curieux bouclier souple, plus maniable, le placera à l’abris des balles tandis que de nouveaux gilets sont censés résister à la plupart des calibres en circulation. Grâce aux dernières évolutions de l’industrie des textiles, les tissus des tenues, plus résistants, protégeront contre les armes blanches. Pour compléter leur arsenal, des centaines de « lanceurs de 40 mm » vont être distribués : jaune et noire, cette arme non létale fera mouche à 50 mètres, c’est-à-dire au-delà du jet de pavé ou de cocktail Molotov. Pour l’heure, le flash-ball n’est précis qu’à quinze mètres… Alimenté par une multitude de munitions, le « LDB 40 » pourra marquer à la peinture indélébile des manifestants violents pour mieux les appréhender. Ou les affaiblir grâce à la dernière trouvaille antiémeute, une munition incapacitante à base de poivre de Cayenne appelé à remplacer le lacrymogène.

Plus mobile et communiquant

Gagner en autonomie pour mieux se projeter sur le terrain « Grâce à son assistant personnel électronique (PDA) et son terminal informatique embarqué (TIE), le policier à pied doit disposer d’un environnement complet, comme au commissariat », précise Patrick Guyonneau. En temps réel et sans revenir au bureau, chaque policier pourra interroger les fichiers des personnes recherchées, des véhicules volés ou des permis de conduire, recevoir des photos ou des portraits-robots de suspects en trois dimensions ou encore dresser un procès-verbal électronique. Géolocalisée, sa position sera communiquée en permanence, ainsi que celle des effectifs les plus proches.

Des prouesses scientifiques

Profitant de véritables prouesses en termes de miniaturisations, les enquêteurs vont systématiser la police technique et scientifique de masse. Des kits portables de « détection-révélation » identifieront en quelques dizaines de secondes des poudres ou traces suspectes de drogues ou d’explosifs. D’ici à quelques années, les « blouses blanches » de terrain révéleront des empreintes sur un cambriolage en prélevant des traces grâce à des « lampes miniatures multispectrales ». Enfin, par l’apport des biotechnologies, des puces révéleront plus vite l’ADN des indices collectés, mais aussi l’analyse des odeurs piégées sur une scène de crime. Les Experts risquent d’être dépassés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :