dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Salon - Milipol regroupe les professionnels de la sécurité

Salon - Milipol regroupe les professionnels de la sécurité

France Soir

mercredi 18 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

Que ce soit pour des personnes ou des objets, le salon Milipol propose les dernières innovations en matière de sécurité.

C’est le plus grand salon mondial consacré à la sécurité des Etats. Milipol a ouvert ses portes aux professionnels mardi, au Parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris. Les organisateurs attendent cette année plus de 30.000 visiteurs venant de 42 pays représentant plus de 1.000 sociétés ou organismes publics. Le salon accueillera pour son 25e anniversaire, 884 exposants, dont 36 % sont français, parmi lesquels une vingtaine de « majors », mais surtout des sociétés petites et moyennes, seules ou regroupées en collectifs. Parmi elles, l’entreprise américaine Segway présentera son tout nouveau gyropode, le Patroller (7.590 euros), étudié spécialement pour les besoins de la police. La ville de Nice s’en est d’ores et déjà procuré six, et a mis en place au sein de sa police municipale une brigade qui se déplace exclusivement à l’aide de ce véhicule. « Les policiers peuvent agir efficacement sur le terrain grâce à ce moyen de transport à la fois rapide, intuitif, et très maniable », explique le constructeur. Et avec un coût d’utilisation estimé à 0,25 euro pour 100 km, soit moins de 30 euros d’électricité par an, Segway n’est pas peu fier d’annoncer le « véhicule motorisé de série le plus économique et le plus écologique du monde ». Rien que ça.

Quand le code à bulles remplace la carte à puce

Quelques stands plus loin, c’est une entreprise française qui fait sensation, en voulant révolutionner la sécurité des documents du monde entier. « La “solution Prooftag” aura une ampleur aussi importante que l’invention de la carte à puce par Roland Moreno, il y a plus de trente ans », assure la société de Montauban (Tarn-et-Garonne). Cette solution, c’est le code à bulles. Le principe est de remplacer la puce classique par une empreinte, réalisée grâce à un ensemble de bulles généré aléatoirement sur un support transparent. Le procédé est présenté comme infalsifiable, puisque la disposition des bulles est impossible à reproduire, même par le concepteur. Les gouvernements du Burkina, de Côte d’Ivoire et du Bénin utilisent cette solution pour certifier des documents officiels. Le géant américain Hewlett Packard, qui représente à lui seul 40 % du marché mondial de l’impression numérique, s’est également associé à l’entreprise montalbanaise, pour lancer un nouveau service d’authentification d’œuvres d’art. Le salon est ouvert jusqu’à vendredi, pour les professionnels qui souhaiteraient découvrir l’ensemble des innovations présentées.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :