lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La Chine espionne de plus en plus les Etats-Unis

La Chine espionne de plus en plus les Etats-Unis

AFP

jeudi 19 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La Chine espionne de plus en plus les Etats-Unis, forte de progrès dans la cyber-guerre et le recrutement de ses agents, affirme un rapport dévoilé jeudi par une commission du Congrès américain.

"La Chine change la manière dont se pratique l’espionnage", a assuré la présidente de la commission économique et de sécurité sino-américaine, Carolyn Bartholomew.

La commission a également renouvelé, dans son volumineux rapport annuel au Congrès, l’accusation de manipulation de la monnaie chinoise par les autorités de Pékin, recommandant une approche plus ferme des Etats-Unis sur ce sujet.

Le rapport note une forte augmentation des cyber-attaques chinoises visant à infiltrer ou perturber des sites du gouvernement américain ou de personnalités que la Chine considère comme ses ennemis, comme le dalaï lama.

Le colonel Gary McAlum, un haut responsable militaire américain, a indiqué à la commission que le Pentagone avait connu 54.640 incidents liés à des cyber-attaques en 2008, soit une augmentation de 20% par rapport à 2007, et que la progression pourrait atteindre 60% cette année.

Si ces attaques proviennent du monde entier, la Chine en est le principal responsable, selon la commission. Le rapport affirme également que les autorités de Pékin seraient prêtes à déployer une armée de pirates informatiques chinois en cas de conflit.

Selon la commission, la Chine est le pays le plus agressif en termes d’espionnage vis-à-vis des Etats-Unis et Pékin tente de recruter de plus en plus d’espions américains.

Le rapport souligne que les pratiques de recrutement ont changé. Alors que la Chine cherchait auparavant à enrôler des Américano-chinois, croyant, souvent à tort, qu’ils se montreraient sensibles à leur cause, les autorités chinoises cherchent désormais à payer leurs informateurs, sur le modèle soviétique.

Les Chinois auraient également recours à des ruses ("false flag") pour obtenir des renseignements en faisant croire à des informateurs qu’ils travaillent pour quelqu’un d’autre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :