samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Les Etats-Unis et le Canada réévalue leur programme de défense post-11 (...)

Les Etats-Unis et le Canada réévalue leur programme de défense post-11 Septembre

France Soir

vendredi 20 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

Le système de défense anti-aérienne mis en place après les attentats du 11-Septembre est-il encore nécessaire ? C’est la question que les Etats-Unis et le Canada vont examiner, afin de déterminer si les dépenses liées à ce coûteux programme sont toujours pertinentes, a rapporté vendredi le New York Times.

Il s’agit de réévaluer la menace terroriste via les airs et de prendre en compte les effets cumulés de différentes mesures de sécurité prises après les attentats qui ont fait près de 3.000 morts en 2001 aux Etats-Unis.

Cette enquête est initiée à la demande du général Pierre Forgues, le Canadien qui assume actuellement le commandement de la défense aérospatiale nord-américaine (Norad). Le système de défense anti-aérienne est "extrêmement coûteux", ce qui implique qu’il faut toujours se poser la question de savoir "quand est-ce que c’est assez", a expliqué le général Forgues au New York Times.

Le système de défense oblige à l’heure actuelle des dizaines d’avions militaires et des centaines de membres d’équipage à rester en alerte pour répondre à d’eventuelles menaces, même si les patrouilles au dessus des villes américaines ont cessé en 2007.

La marge de manoeuvre des terroristes a été réduite

Le réexamen du programme, qui devrait être achevé au printemps, évaluera les risques d’un détournement aérien par des terroristes, ou l’entrée d’un avion piloté par des terroristes dans l’espace aérien américain ou canadien. Il tentera également de déterminer si le système est toujours nécessaire. Il tiendra compte des mesures de sécurité renforcées depuis le 11 septembre, comme les contrôles aux aéroports ou la sécurisation des cockpits. "La capacité des terroristes à faire ce qu’ils ont fait le 11 septembre a été grandement réduite", a dit au journal le général Forgues, assurant toutefois que le résultat de ce réexamen n’était pas certain.

Selon des données du Norad, il y a eu 1.000 incidents liés à des activités aériennes suspectes l’an dernier, dont 400 exigeant une réponse du Norad et 200 l’intervention de chasseurs aériens, rapporte le New York Times.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :