dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’Iran prépare des manoeuvres de défense aérienne

L’Iran prépare des manoeuvres de défense aérienne

Reuters

samedi 21 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

L’Iran prépare pour la semaine prochaine d’importants exercices de défense aérienne visant à protéger ses installations nucléaires, déclare le chef du QG de la défense aérienne des forces armées cité par des agences iraniennes.

Le général Ahmad Mighani a aussi indiqué que l’Iran pourrait fabriquer lui-même un système de défense anti-missile perfectionné que la Russie tarde à lui livrer.

L’Iran croit que les retards dans la livraison de missiles S-300 russes sont dus à des pressions d’Israël, qui ne souhaite pas que l’Iran soit protégé par un tel système, et non aux problèmes techniques invoqués par Moscou.

"Nous espérons que les Russes ne tiendront pas compte des pressions du lobby sioniste. Ils ont fait état de problèmes techniques comme raison de ce retard, mais nous pensons que c’est dû aux pressions sionistes", a dit le général cité par l’agence Fars.

"Au cours de différentes manoeuvres, des réseaux de missiles nouveaux et modernes seront utilisés et évalués, notamment des missiles S-300 perfectionnés, pour lesquels la capacité de production existe en Iran", a encore dit sans autre précision le général Mighani, cité par l’agence Irna.

Les médias iraniens ont rapporté que les manoeuvres débuteraient ce dimanche et qu’elles impliqueraient à la fois l’armée régulière et le corps d’élite des Gardiens de la révolution, bras armé idéologique du régime.

Les Etats-Unis et Israël n’ont pas exclu une opération militaire si la diplomatie échoue à régler le différend sur le programme nucléaire iranien soupçonné par les Occidentaux d’avoir des visées militaires.

"MANOEUVRES DE GRANDE ENVERGURE"

Téhéran assure développer un programme civil, mais les Occidentaux le soupçonnent de vouloir se doter de l’arme atomique.

L’annonce de manoeuvres imminentes intervient au lendemain d’une réunion à Bruxelles des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu plus l’Allemagne à l’issue de laquelle les Six ont fait part de leur "déception" devant le "non" iranien et pressé Téhéran de reconsidérer sa décision.

L’Iran procède régulièrement à des exercices militaires pour afficher sa capacité à repousser une éventuelle attaque contre son potentiel nucléaire.

Il a en outre menacé, s’il était attaqué, de riposter contre Israël et contre des bases américaines dans le Golfe.

L’agence Irna précise que les exercices se dérouleront dans l’ouest du pays et qu’il s’agira de "grandes manoeuvres de grande envergure".

Un député iranien, Alaeddin Boroujerdi, a lui aussi déclaré ce mois-ci que son pays serait capable de fabriquer des missiles S-300, faisant apparemment référence à des missiles de capacité identique.

Les Etats-Unis sont hostiles comme Israël à ce que l’Iran dispose de telles armes et la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a rendu le mois dernier hommage à la Russie pour n’en avoir pas fourni à Téhéran.

D’une portée de 150 km, les S-300PMU1, montés sur des camions et connus en Occident sous le nom de SA-20, sont capables d’abattre des missiles de croisière et des avions.

Version française Jean-Stéphane Brosse et Nicole Dupont


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :