vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > USAR : un code de navigabilité pour les drones

USAR : un code de navigabilité pour les drones

DGA, Ministère de la Défense

mardi 13 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Après un an et demi d’élaboration, le code USAR a vu le jour. Le code USAR (UAV systems airworthiness requirements), est un code de navigabilité applicable aux systèmes de drones « avion » (à ailes fixes). Elaboré avec les industriels, il a été finalisé en janvier 2005. Le code est vite devenu un succès international entériné par le fait que l’OTAN propose de le relire et d’établir une norme OTAN. Son principal rédacteur : Régis Brigaud, animateur du pôle d’expertise drones au centre d’essais en vol (CEV) de la délégation générale pour l’armement (DGA) depuis 2001.

« Les drones seront un jour, libres » remarque en souriant Régis Brigaud. Cette boutade reflète cependant une réalité : le formidable essor des drones se heurtait jusqu’à présent à un écueil de taille : les drones ne peuvent s’insérer dans la circulation aérienne contrairement aux autres aéronefs militaires ou d’Etat. Ainsi toutes les applications au civil des drones (sécurité civile, exploration de sites dangereux, reconnaissance des feux de forêts) sont pour l’instant impossibles à mettre en œuvre. Les drones militaires ne peuvent voler que dans des espaces aériens fermés.

Le service des programmes aéronautiques (SPAé) de la DGA a donc demandé au centre d’essais en vol

(CEV) de la DGA de rédiger un code de navigabilité applicable aux drones militaires et d’Etat (ministère de l’Intérieur et ministère des Finances pour les avions des douanes). Le code JAR (joint aviation requirement), qui réglemente actuellement l’aviation civile, a servi de base à la rédaction du code USAR.

Cet important document de 163 pages, est une reprise des chapitres concernant l’aviation civile du JAR, auquel on a ajouté deux chapitres propres aux drones, concernant la station sol et les liaisons de données.

« Nous devions avoir l’appui des industriels aéronautiques » souligne Régis Brigaud. Pour constituer le groupe de travail « USAR », outre les représentants des forces, ont été invités les industriels concernés : EADS, Thales, Sagem, Dassault Aviation, l’israélien IAI et le suédois SAAB. Plusieurs entités de la DGA ont elles aussi participé à l’élaboration du code.

Ce code est le premier du genre au niveau international. Reconnu par la DGA en mars 2005, il sera appliqué en 2011 par le service des programmes nucléaires et de missile (SPNuM) de la DGA pour le lancement du système de drone Euromale.

Bientôt une norme OTAN ?

« Aucun autre pays n’avait déjà appliqué un code, nous sommes les premiers » confirme Régis Brigaud. Dans le domaine des drones, deux pays devancent pourtant la France : les Etats-Unis et Israël. L’OTAN s’intéressant au code USAR, Régis Brigaud a monté un groupe de travail à huit pays, sous présidence du CEV. Tous les aéronefs militaires volant jusqu’à présent, selon les directives de leur propre pays, l’OTAN veut définir une norme (un Stanag dans le langage OTAN) à partir du code USAR. Six réunions trimestrielles sont programmées, la première a déjà eu lieu.

« Nous défrichons le domaine, mais si tout se passe bien, cela devrait aboutir fin 2006 », conclut Régis Brigaud. Dans un second temps, on pourrait même imaginer que le code USAR soit proposé à l’EASA (European aviation safety authority) afin de servir de base réglementaire pour la future certification des drones civils.

Pour an savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous :

- Busard : banc d’essais ultra léger pour systèmes aéroportés de recherche sur les drones
- Les drones en France

JPEG - 34.3 ko

Le système de drone tactique intégré (crédits : DGA/COMM)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :