dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > OCCULT : la cryptographie basée sur le chaos...

OCCULT : la cryptographie basée sur le chaos...

Futura-Sciences.com

mardi 13 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Des chercheurs du projet OCCULT - une action financée par l’UE - sont parvenus à acheminer des données sur une onde porteuse chaotique à travers un réseau commercial à fibre optique, démontrant le potentiel de la communication utilisant le chaos optique dans la transmission protégée de données. Les conclusions de l’expérience, menée à Athènes (Grèce), ont été publiées dans la revue scientifique Nature.

Cette technique d’avant-garde, qui emploie des émetteurs et récepteurs laser synchronisés pour chiffrer l’information au niveau composant, représente une importante mise à niveau qualitative par rapport aux systèmes de sécurité existants en matière de transmission protégée de données. La communication par cryptage chaotique n’avait jusqu’à présent été expérimentée qu’en laboratoire, mais jamais dans un véritable réseau commercial.

Pere Colet, membre de l’équipe relevant du Haut conseil espagnol pour la recherche scientifique (Consejo superior de investigaciones científicas - CSIC) oeuvrant à l’Institut méditerranéen de recherche avancée (Institut Mediterrani d’Estudis Avançats - IMEDEA) dans le cadre du projet OCCULT, a déclaré que "ces travaux représentent la première démonstration pratique d’utilisation du chaos pour chiffrer un message dans un réseau à fibre optique".

Pour accroître les niveaux de sécurité et de confidentialité, l’équipe a utilisé une onde porteuse de message générée par un laser semi-conducteur opérant en mode chaotique à travers un réseau de 120 km de fibre optique. Grâce à cette méthode, explique P. Colet, "le message est transmis à des vitesses de 1Go/s, et est récupéré avec un taux d’erreur de transmission inférieur à 1 bit pour 10 millions".

La demande sans cesse croissante de services de communication est soutenue par une rapide augmentation de la capacité de transmission et de commutation des réseaux. La confidentialité et la sécurité constituent les deux grands défis au sein de ces réseaux. Jusqu’à présent, on avait remédié à ces deux aspects en utilisant les systèmes de chiffrement à clé publique. Ces systèmes peuvent utiliser un paramètre secret, appelé "clé", ou chiffrer directement le message. Le chiffrement des informations au moyen de ces algorithmes présente toutefois des risques, dans la mesure où il est possible, en disposant du temps suffisant, de percer lesdites clés. De plus, l’augmentation continue de la vitesse des ordinateurs menace la sécurité de telles procédures.

L’idée mise en avant par OCCULT était d’utiliser les composants émetteurs et récepteurs de l’information pour véhiculer le chiffrement. Ils pourraient être utilisés en combinaison avec l’encodage logiciel pour créer deux niveaux de sécurité. La technique explorée et évaluée par le projet OCCULT fait intervenir deux jeux de lasers semi-conducteurs virtuellement identiques pour envoyer et recevoir l’information via des câbles à fibre optique. La lumière transmise par ces lasers est non-linéaire et chaotique, de sorte que seul un récepteur synchronisé avec l’émetteur peut décoder les données, rendant la transmission impossible à déchiffrer par quelqu’un d’autre que le destinataire prévu.

Pour les transmissions à haute sécurité, les lasers doivent opérer avec un niveau de tolérance de seulement un à deux pour cent, performance qui ne peut être accomplie que s’ils sont réalisés à la fois avec le même équipement et les mêmes composants. Les lasers doivent non seulement provenir du même lot de semi-conducteurs, mais encore être produits littéralement "côte à côte" pour être compatibles. Selon le coordinateur du projet, Claudio Mirasso, de l’université des Iles Baléares (UIB), "quiconque entend percer le chiffre doit en savoir autant que les gens qui l’utilisent et posséder un appareillage quasiment identique". Et d’ajouter : "nous avons démontré qu’il était possible d’obtenir un niveau de sécurité élevé, puisqu’il faudrait ajuster 200 ou 300 paramètres pour pouvoir violer le système".

OCCULT, acronyme de "optical chaos communications using laser-diodes transmitters" (communication optique par cryptage chaotique utilisant des transmetteurs à diodes laser), s’est vu allouer 1,74 million d’euros au titre du programme Technologies de la Société de l’information du Sixième programme-cadre. Le projet, achevé en septembre 2004, a rassemblé durant trois ans des centres de recherche et des partenaires industriels grecs, français, italiens, espagnols, allemands, suisses et britanniques.

De concert avec de nouveaux partenaires, les participants au projet viennent de proposer une nouvelle action visant à transposer les résultats d’OCCULT dans la réalité. Ils ont déposé une manifestation d’intérêt pour un projet devant s’inscrire dans le sillage d’OCCULT et baptisé INTOCCULT qui, s’il est avalisé, devrait leur permettre de faire passer la technologie au stade du prototype industriel dans deux ans environ.

Utilisable via les câbles à fibre optique existants et relativement peu onéreuse à mettre en oeuvre puisqu’elle ne nécessite qu’un émetteur et un récepteur comme composants additionnels, la technique est promise à un bel avenir commercial, estiment les participants au projet.

JPEG - 20.2 ko

L’équipe du projet OCCULT


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :