vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Les Etats-Unis ont laissé Ben Laden s’échapper en 2001 selon un (...)

Les Etats-Unis ont laissé Ben Laden s’échapper en 2001 selon un rapport

Varmatin.com

dimanche 29 novembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis auraient pu tuer ou capturer Oussama Ben Laden en décembre 2001 à Tora Bora dans l’est de l’Afghanistan, mais l’administration Bush a choisi de ne pas pousser plus loin et permis sa fuite au Pakistan, selon un rapport d’une commission du Sénat américain.

Les Etats-Unis auraient pu tuer ou capturer Oussama Ben Laden en décembre 2001 à Tora Bora dans l’est de l’Afghanistan, mais l’administration Bush a choisi de ne pas pousser plus loin et permis sa fuite au Pakistan, selon un rapport d’une commission du Sénat américain.

Le rapport, intitulé "Tora Bora revisité : comment nous avons manqué Ben Laden et ce que cela change aujourd’hui", a été rédigé par les membres démocrates de la commission des Affaires étrangères sous la houlette de son président, John Kerry, ancien candidat démocrate à la présidence en 2004.

Le document, visible sur le site internet de la commission et qui doit être officiellement rendu public lundi, affirme que le commandement américain, appliquant la stratégie du secrétaire à la Défense de l’époque Donald Rumsfeld, a refusé de donner les moyens aux troupes pour finaliser la capture du chef d’Al-Qaïda, alors terré dans les grottes de Tora Bora.

"Notre échec à conclure l’affaire représente une occasion perdue pour toujours qui a altéré le cours du conflit en Afghanistan et le terrorisme international, laissant le peuple américain plus vulnérable au terrorisme", dit le document.

La publication de ce texte de 50 pages intervient alors que le président américain Barack Obama annoncera mardi sa décision sur l’envoi de renforts Afghanistan.

Selon le rapport, trois mois après les attentats du 11 septembre 2001, moins de 100 commandos américains étaient sur le terrain alors que du renfort était demandé pour traquer le chef d’Al-Qaïda.

Le rapport cite des témoignages de responsables militaires sur le terrain selon lesquels des demandes pour obtenir des unités de seulement un millier de Marines, pour bloquer une vallée vers le Pakistan ou pour visiter des grottes bombardées, étaient parfois refusées.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :