dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Changements de tête à la DGSE : André le Mer s’en va

Changements de tête à la DGSE : André le Mer s’en va

David Servenay, Rue89

vendredi 4 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Remaniement en cours à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Le numéro 2 de la « boîte », comme la surnomme les espions français, André le Mer, va quitter la centrale du boulevard Mortier pour aller tranquillement poser ses valises à la Cour des comptes.

Le décret, adopté ce mercredi en Conseil des ministres, a été publié jeudi au Journal officiel. Signé par le président de la République et le Premier ministre, il indique sobrement :

« M. André LE MER, administrateur civil hors classe, est nommé conseiller maître à la Cour des comptes (3e tour). »

Dans le jargon administratif, le « troisième tour » signifie que le directeur du Renseignement se voit offrir un joli poste de fin de carrière pour services rendus à la Nation. Ex-commissaire de la Marine, énarque de la promotion Denis Diderot (sortie en 1986 avec Hervé Gaymard, Augustin de Romanet ou Christian Charpy), André le Mer aura fait l’essentiel de sa carrière dans la Défense.

Succédant à Alain Juillet (l’homme de l’intelligence économique), après les règnes de Jean-Pierre Pochon et de Michel Laccarière (deux policiers), il était alors vu comme l’homme de la continuité. Il s’est notamment illustré en pilotant la réforme de la DGSE sous l’impulsion de Pierre Brochand (directeur de 2002 à 2008), mais aussi en s’impliquant personnellement dans la gestion de plusieurs crises, en particulier celle des otages en Irak.

« Evolution de carrière » ou reprise en main ?

D’aucuns verront dans ce départ une glissade en douceur vers la sortie, « évolution naturelle de carrière », car le nombre restreint de postes de directeurs dans les services secrets limite la progression des hauts fonctionnaires. En clair, arrivé à un certain niveau, un énarque ne peut plus progresser à la DGSE qui s’est très longtemps refusée à voir partir ces pointures vers d’autres horizons.

D’autres décèleront dans cette « mobilité » la lente et certaine reprise en main de la « boîte » par son nouveau patron, Erard Corbin de Mangoux, un an après son arrivée en poste. Reste à promouvoir le successeur d’André le Mer. Et la lutte sera féroce entre les spécialistes de la maison, les énarques intéressés par les questions de renseignement ou… les policiers versés dans l’anti-terrorisme.

Le poste de directeur du Renseignement est traditionnellement considéré comme celui du véritable numéro 2 de la DGSE, juste avant celui de directeur des Opérations. Selon plusieurs sources, le nom de Patrick Calvar, l’un des adjoints du patron de la DCRI, Bernard Squarcini, est cité depuis plusieurs semaines pour prendre le poste. Contrôleur général de la police, « pur produit de la DST », Calvar est un spécialiste de l’anti-terrorisme et du monde musulman.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :