jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le Zimbabwe libère un espion sud-africain emprisonné depuis un (...)

Le Zimbabwe libère un espion sud-africain emprisonné depuis un an

AFP, via le Monde

mardi 13 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

Un agent des services de renseignements sud-africains emprisonné au Zimbabwe depuis un an, a été libéré et a regagné Johannesburg mardi, où il a expliqué à la presse que son travail clandestin dans le pays voisin était motivé par des "nécessités opérationnelles".

Aubrey Welken est arrivé de Harare à l’aéroport international de Johannesburg, accompagné par le ministre sud-africain des Renseignements, Ronnie Kasrils, à bord d’un avion spécialement affrété.

"J’ai agi en raison de nécessités opérationnelles et de mon propre chef en tant qu’opérateur afin, à ce moment-là, de faire ce que j’avais à faire", a déclaré Aubrey Welken, visiblement épuisé, lors d’une brève conférence de presse à l’aéroport.

"J’avais un travail à faire", a ajouté, sans autre détail, cet agent des services secrets sud-africains, interpellé au Zimbabwe en décembre 2004 pour avoir dirigé un réseau d’espionnage impliquant des membres du parti du président zimbabwéen Robert Mugabe, l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF).

M. Kasrils a pour sa part précisé que Welken retournerait au Zimbabwe l’an prochain "de sa propre volonté et si nécessaire pour collaborer" aux procédures judiciaires en cours le concernant.

Qualifiant la libération de Welken de "test de la maturité des relations entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe", le ministre sud-africain a nié que cet incident ait affecté les relations entre les deux pays.

Le réseau zimbabwéen fournissait des informations sur les affaires courantes de la Zanu-PF, à un moment où le président sud-africain Thabo Mbeki tentait, par ses efforts de "diplomatie discrète", de faire pression sur l’orientation politique du président zimbabwéen Robert Mugabe.

Aubrey Welken, également connu sous le nom d’Andrew Brown, avait été appréhendé sur le site touristique des chutes Victoria (nord-ouest) par des agents zimbabwéens de l’Organisation centrale des renseignements (CIO).

A la suite de son arrestation, six responsables de la Zanu-PF avaient été accusés d’avoir participé au réseau.

Parmi eux figuraient un diplomate, Godfrey Dzvairo, le directeur des affaires extérieures du parti, Itai Marchi, et un banquier, Tendai Matambanadzo.

Ils ont été jugés en février pour violation de la loi sur les secrets d’Etat : Dzvairo a été condamné à six ans de prison ferme et les deux autres responsables à cinq ans.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :