mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Lancement du satellite Hélios 2B : l’armée de l’air (...)

Lancement du satellite Hélios 2B : l’armée de l’air veille

Armée de l’Air, Ministère de la Défense

mercredi 9 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Samedi 5 décembre 2009, base aérienne de Rochambeau en Guyane. Scramble ! La sirène retentit au poste de commandement « Rapace » de l’opération Bubo. Les pilotes de la permanence opérationnelle se rendent aux avions. Les Mirage 2000 ne tardent pas à prendre leur envol. Leur mission : intercepter l’appareil ayant violé la zone d’interdiction mis en place pour protéger le site de lancement de Kourou. Après les vols d’acclimatation et de familiarisation aux procédures en vigueur sur la plateforme guyanaise, les Mirage 2000 RDI de l’escadron de chasse 2/5 « Île-de-France » entament les missions d’entraînement. Dans le dispositif, un avion radar E-3F de l’escadron de détection et de contrôle aéroporté 36 "Berry" permet d’augmenter les capacités de surveillance et d’intervention en Guyane.

L’appareil à intercepter est un aéronef civil de type Piper 5, joué par un Puma de l’escadron d’hélicoptères outre-mer (EHOM) 68 « Guyane ». « Lorsque nous servons de plastron, nous évoluons à un cap, une altitude et une vitesse prédéfinis. Selon le scénario établi, nous refusons d’obtempérer aux premières sollicitations du Mirage 2000. Nous poursuivons notre route vers la cible, puis après les premiers tirs de semonce simulés, nous obéissons », déclare le lieutenant-colonel Tardy, commandant en second de l’EHOM. Et d’ajouter : « Tout au long de l’année, notre escadron s’entraîne à la mission MASA (mesures actives de sûreté aérienne) pour la protection du site de Kourou. »

Une cellule de coordination et d’accréditation « air » (C2A2), commandée par le lieutenant-colonel Pierre Pougheon, est mise en place pour la première fois en Guyane. Celle-ci assure la mise en place et la préparation des entraînements.

La haute autorité de défense aérienne est toujours placée au centre du jeu. Le général Gilles Desclaux, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes, a pris cette fonction depuis le 8 décembre, succédant dans cette responsabilité au colonel Iñaki Garcia-Brotons, adjoint-Air au commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base aérienne 367 de Cayenne-Rochambeau, ainsi que le lieutenant-colonel François Lavigne, chef du centre de contrôle militaire à Kourou.

Texte : Adjudant Jean-Laurent Nijean, Cayenne (Guyane)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :