mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Thunderbird 3.0 en partie développé par le ministère de la Défense

Thunderbird 3.0 en partie développé par le ministère de la Défense

01net, avec Reuters

vendredi 11 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le logiciel de messagerie de la fondation Mozilla a reçu le soutien de l’administration, qui a participé au développement de ses couches de sécurité.

Le logiciel libre trouve des soutiens bien au-delà de sa communauté habituelle. Mozilla, porte-drapeau de l’open source, compte l’Armée française parmi ses contributeurs volontaires. La Fondation a lancé cette semaine une nouvelle version de son logiciel de messagerie, Thunderbird, qui intègre des innovations à mettre au crédit du ministère de la Défense.

Une partie du code informatique de Thunderbird 3 a ainsi été emprunté à l’administration. Il s’agit de certaines fonctions liées à la sécurité, qui figuraient sur la roadmap de Thunderbird 2, mais n’avaient pas encore été développées. Dès la fin de 2007, le ministère de la Défense a pris en charge certains de ces développements pour ses propres besoins avant de les reverser à la communauté. Mozilla les a définitivement adoptés au sein de Thunderbird 3.

Thunderbird installé sur plus de 10 000 postes

Le ministère, qui a déployé la messagerie sur plus de 10 000 postes, a mis au point plusieurs extensions, dont Trustedbird (sécurisation des échanges), aujourd’hui à la disposition du grand public. Notification viewer en est un autre exemple. Ce module permet de gérer les notifications attendues et reçues pour les messages envoyés avec notification.

« Ça s’insère totalement dans l’idée du logiciel libre [...], chacun met au pot, améliore, apporte des correctifs », a expliqué à Reuters Tristan Nitot, président de Mozilla Europe. Cette démarche suscite un intérêt croissant à l’étranger et une présentation en a même été faite à l’Otan, a déclaré le lieutenant-colonel Frédéric Suel, l’un des responsables du projet Trustedbird, lancé par la Gendarmerie nationale alors qu’elle était encore rattachée au ministère de la Défense. « Nous avons une relation d’échanges avec Mozilla », a-t-il dit du projet, dont le nom et le logo ont été choisis conjointement avec l’association.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :