mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > L’armée américaine aurait tué un haut responsable d’Al-Qaïda

L’armée américaine aurait tué un haut responsable d’Al-Qaïda

AFP

dimanche 13 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Un drone américain aurait tué un responsable de la nébuleuse terroriste - dont l’identité reste, pour l’heure, incertaine - dans le nord-ouest du Pakistan, en début de semaine, affirme une source américaine haut placée.

Un haut responsable d’Al-Qaïda a été tué lors d’une frappe aérienne au nord-ouest du Pakistan, a indiqué vendredi à l’AFP un responsable américain sous couvert d’anonymat.

L’attaque, au moyen d’un drone, s’est produite en début de semaine et le responsable qui a péri occupait d’"importantes responsabilités" au sein du réseau Al-Qaïda, a expliqué ce responsable.

Elle a eu lieu dans le cadre d’une campagne militaire lancée par l’armée américaine contre Al-Qaïda et les talibans réfugiés dans les zones tribales du Pakistan.

Selon la chaîne de télévision américaine CBS et le Wall Street Journal, l’homme tué pourrait être le numéro trois d’Al-Qaïda, Abou Yahia al-Libi. En revanche, selon des responsables du renseignement cités par les chaîne NBC et Fox News, il s’agirait de Saleh Al-Somali, le responsable des opérations hors du Pakistan et de l’Afghanistan.

D’après le responsable américain interrogé par l’AFP, l’attaque ne visait ni le chef du réseau, Oussama ben Laden, ni son bras droit, l’Egyptien Ayman al-Zawahiri, mais une voiture, dans le village d’Aspalga, situé à 12 km au sud-est de Miranshah, la plus grande ville du Waziristan du Nord, à la frontière avec l’Afghanistan.

L’armée pakistanaise a déclenché une offensive d’envergure dans la région voisine du Waziristan du Sud le 17 octobre, avec quelque 30.000 hommes soutenus par des avions et des hélicoptères de combat. Il s’agit de son opération la plus ambitieuse contre les talibans, repliés dans les zones montagneuses difficiles d’accès près de la frontière afghane.

En dépit de la résistance rencontrée par l’armée, beaucoup d’analystes et de responsables estiment que la plupart des quelque 10.000 combattants talibans se sont échappés au Waziristan du Nord et dans l’Orakzai voisins.

Le Pakistan dit condamner les assassinats ciblés conduits par l’armée américaine sur son territoire, mais d’après certains experts, Islamabad prête discrètement main forte à son allié américain.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :