jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Nucléaire iranien : enquête sur de nouvelles révélations

Nucléaire iranien : enquête sur de nouvelles révélations

S.B., le Figaro, avec AFP

mercredi 16 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le Times a publié lundi des documents qui prouveraient que l’Iran est en train de finaliser sa bombe atomique. Washington prend l’affaire au sérieux.

Que cache vraiment le programme nucléaire iranien ? Au moment où les menaces de sanctions à l’ONU se font plus pressantes, les Etats-Unis ont annoncé mardi une enquête après un article du Times affirmant que l’Iran étudiait un composant de bombe nucléaire. Un signe que Washington prend au sérieux cette information démentie par Téhéran.

Le quotidien britannique s’est procuré un document technique iranien qui pourrait dater de 2007, décrivant un programme sur quatre ans ayant pour objet l’hydrure d’uranium. Selon des experts consultés par le journal, aucun usage civil ou militaire ne justifierait une telle démarche, hormis la fabrication d’une arme nucléaire. Physicien et président de l’Institute for Science and International Security (Isis) basé à Washington, David Albright, cité par le Times, le confirme : « Il n’y a pas d’application civile possible (…) c’est une indication très solide de recherche sur des armements ».

Selon le Times, l’hydrure d’uranium est également l’élément dont s’est servi le Pakistan pour fabriquer « sa » bombe. Plusieurs agences de renseignement occidentales disposeraient de ce document, qui a également été transmis à l’Agence International de l’Energie Atomique. S’il était authentifié (la date du document n’est pas confirmée), il serait la preuve que Téhéran a continué de mener un programme pour se doter de l’arme atomique après 2003, malgré ses engagements auprès de la communauté internationale.

« Guerre psychologique »

Le quotidien a également publié un « mémo » daté de décembre 2005 qui identifierait le responsable iranien de l’agence soupçonnée de concevoir ce programme nucléaire clandestin, un certain Mohsen Fakhrizadeh. Dans une lettre aux douze départements de son agence, il s’interroge à mots couverts sur la manière dont doivent être menées des recherches : « La manière la plus appropriée pour obtenir le personnel adéquat est d’employer les personnes travaillant sur les recherches correspondantes dans le passé. » Selon le Times, ce mémo ferait référence aux travaux entrepris par l’Iran pour se doter de la bombe dans les années 90, officiellement interrompus en 2003.

« On peut dire avec une grande certitude que les Etats-Unis vont enquêter sur ces informations », a déclaré mardi le porte-parole du département d’Etat américain, Philip Crowley, qui n’a pas voulu en dire plus, soulignant que l’administration ne discutait pas avec la presse des « sujets relevant du renseignement ». « Guerre psychologique », avait plus tôt dénoncé Téhéran en démentant l’information. L’Iran a toujours affirmé que son programme nucléaire était uniquement civil.

Si ces informations se confirmaient, elles pourraient fournir des arguments à ceux qui estiment qu’il faut durcir le ton face à l’Iran sans tarder. Déjà visée par cinq résolutions du Conseil de sécurité, la République Islamique a annoncé son intention de construire dix sites d’enrichissement supplémentaires.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :