mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Lancement réussi du satellite d’observation militaire Hélios (...)

Lancement réussi du satellite d’observation militaire Hélios 2B

AFP

vendredi 18 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Le satellite d’observation militaire Hélios 2B a été lancé vendredi après-midi depuis Kourou (Guyane) par une fusée Ariane qui l’a placé avec succès sur une orbite polaire héliosynchrone, selon les images diffusées au Centre national d’études spatiales (CNES) à Paris.

Depuis Kourou, le PDG d’Arianespace Jean-Yves Le Gall s’est félicité de ce "nouveau succès". Il s’agit, a t-il dit du 35e succès consécutif d’un tir d’Ariane 5 et du 277e satellite lancé par une fusée Ariane en 30 ans.

Ce lancement, pour le compte du ministère français de la Défense, le septième réalisé par Ariane 5 depuis la base de Kourou en 2009, avait été reporté à deux reprises, le mercredi 9 décembre et le jeudi 17 décembre.

Il s’agit du 49e lancement réalisé par une fusée Ariane 5, du 193e vol d’une fusée Ariane depuis Kourou et du 33e tir d’Ariane avec une charge militaire.

Ce satellite espion va doubler la capacité d’imagerie militaire de la France et des cinq pays européens (Belgique, Espagne, Italie, Grèce, Allemagne) participant au projet Hélios.

Ariane 5 a décollé du Centre spatial guyanais de Kourou vendredi à 13H26 locales (17H26 à Paris, 16H26 GMT) et la mise en orbite a été réalisée 59 minutes plus tard. Un satellite placé en orbite polaire héliosynchrone survole les mêmes régions de la Terre à la même heure solaire. Hélios 2B fera le tour de la Terre en une heure et demi.

Hélios 2B devrait envoyer ses premières images dans deux jours.

A 700 km d’altitude, Hélios 2B pourra photographier - avec une précision de quelques dizaines de centimètres - 365 jours par an et 24 heures sur 24 (grâce à son mode infrarouge) aussi bien un pick-up d’hommes armés au milieu du désert tchadien, que les installations d’enrichissement d’uranium en Corée du Nord ou les pistes de montagne en Afghanistan.

D’un poids de 4,2 tonnes au décollage, Hélios 2B a été construit sous la maîtrise d’oeuvre d’EADS-Astrium, avec de nombreux sous-traitants européens dont Thalès Alenia Space.

Ce satellite espion va doubler la capacité d’imagerie militaire de la France et des cinq pays européens (Belgique, Espagne, Italie, Grèce, Allemagne) participant au projet Hélios.

Hélios 2A, frère jumeau d’Hélios 2B, lancé avec succès il y a cinq ans jour pour jour, continue à fournir des images de sites ou d’objectifs militaires.

La responsabilité du programme Hélios 2B - d’un coût total de 2 milliards d’euros - est exercée par la Délégation générale de l’armement (DGA) du ministère de la Défense, qui a délégué la maîtrise d’ouvrage de la composante spatiale au Centre national d’études spatiales (Cnes). Celui-ci a assuré le développement et suivra le maintien sur orbite depuis son centre spatial de Toulouse.

Selon la DGA, la phase de "mise à poste" (emplacement définitif en orbite) va maintenant durer "quelques semaines". Une série de tests permettra ensuite de "confirmer l’ensemble des performances du satellite. Enfin la DGA "livrera" Hélios 2B aux états-majors des pays partenaires.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :