jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > L’attentat manqué de la Northwest pose de nouvelles questions pour la (...)

L’attentat manqué de la Northwest pose de nouvelles questions pour la lutte antiterroriste

AP

samedi 26 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

L’attentat manqué du vol 253 met sous pression les responsables de la lutte antiterroriste aux Etats-Unis : les experts vont notamment devoir évaluer si la mixture utilisée, qui n’avait pas été détectée lors des contrôles mais n’a pas non plus fait exploser l’avion, constitue une nouvelle menace potentielle.

L’homme soupçonné d’avoir tenté de faire sauter un Airbus A330 de la Northwest Airlines, qui reliait Amsterdam à Detroit, vendredi avant l’atterrissage, a été maîtrisé par des passagers. Ce Nigérian, identifié comme Umar Farouk Abdul Mutallab, a dit qu’il avait reçu des instructions d’Al-Qaïda pour faire exploser l’appareil au-dessus du territoire américain, d’après des responsables de la sécurité américains.

Ses affirmations n’avaient pu être vérifiées dans l’immédiat, a-t-on toutefois averti de mêmes sources, et le suspect pourrait très bien avoir agi de son propre chef, en s’inspirant des groupes terroristes sans avoir forcément été formé ou supervisé par ces organisations.

D’après une source sécuritaire américaine, son nom était déjà apparu sur au moins une base de données du renseignement américain, mais pas au point de figurer sur une liste d’individus à surveiller ou interdits d’embarquer à bord d’un avion à destination des Etats-Unis.

Les enquêteurs vont devoir établir la véracité des propos du suspect, mais aussi comprendre exactement comment la poudre explosive a été fabriquée pour mesurer l’ampleur de la nouvelle menace pour la sécurité aérienne.

En 2006, un projet d’attentats visant à introduire à bord d’avions des explosifs liquides dissimulés dans des bouteilles de boissons avait été déjoué par la Grande-Bretagne. L’affaire avait abouti à de nouvelles mesures de sécurité dans le transport aérien, de strictes restrictions sur les gels et liquides transportés dans les bagages à main étant désormais appliquées.

Il va falloir déterminer si et de quelle manière ces règles doivent être encore renforcées, sachant que la mixture a pu être introduite à bord de l’avion sans avoir été décelée malgré les progrès technologiques des détecteurs et contrôles. "Cela soulève de graves questions comme comment cette personne a-t-elle pu faire entrer une substance explosive à bord d’un avion de ligne ?", a tout de suite demandé la sénatrice républicaine du Maine Susan Collins, membre de la commission de la sécurité intérieure.

D’après les responsables de la sécurité américaine, le suspect est apparu gravement brûlé aux jambes, laissant penser que l’explosif avait été attaché à cet endroit. Les différents composants de la mixture ont semble-t-il été mélangés pendant le vol et comprenaient une substance poudreuse, selon plusieurs responsables des forces de sécurité et de l’antiterrorisme. La substance a bien brûlé mais n’a pas provoqué apparemment une explosion ou un incendie suffisants pour faire tomber l’avion qui transportait 278 passagers et 11 membres d’équipage.

C’est la première fois depuis l’épisode du "shoebomber" qu’une personne tente de faire exploser une bombe à bord d’un avion américain. Le 22 décembre 2001, presque huit ans jour pour jour avant cette nouvelle tentative, Richard Reid avait pu monter à bord d’un vol Paris-Miami avec des explosifs dissimulés dans ses chaussures, qu’il avait vainement tenté de faire sauter en plein ciel. Mais, comme Mutallab, il avait été maîtrisé et purge aujourd’hui une peine de prison à vie.

L’attentat avorté du jour de Noël n’avait apparemment été précédé d’aucune alerte du renseignement. Les responsables de la sécurité américaine disent ainsi n’avoir reçu aucune information laissant penser que des attaques de ce type pouvaient être en préparation.

Le FBI et le ministère de la Sécurité intérieure avaient diffusé le 20 novembre dernier une note des services de renseignement sur la menace terroriste pendant la période des fêtes, de Thanksgiving jusqu’au Nouvel An, note que l’Associated Press avait pu se procurer. Les responsables du renseignement y disaient ne disposer d’aucune indication spécifique sur des projets d’attentats d’Al-Qaïda ou d’autres organisations terroristes.

Pour l’heure, les responsables fédéraux ont annoncé des mesures de sécurité renforcée pour les vols intérieurs et internationaux sur les Etats-Unis, mais précisé que le relèvement du niveau de sécurité serait vraisemblablement différencié selon les sites.

Selon les autorités antiterroristes néerlandaises, le gouvernement américain a également demandé à toutes les compagnies aériennes de renforcer les mesures de sécurité sur les vols à destination des Etats-Unis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :