mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Attentat manqué contre un vol Amsterdam-Detroit de Northwest Airlines, un (...)

Attentat manqué contre un vol Amsterdam-Detroit de Northwest Airlines, un Nigérian affirmant agir pour Al Qaïda arrêté

AP

samedi 26 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

Un passager nigérian d’un avion de la compagnie américaine Northwest Airlines assurant la liaison entre Amsterdam et Detroit (nord des Etats-Unis) a tenté vendredi de faire sauter l’appareil avant l’atterrissage, selon des responsables du renseignement américains et des sources proches de l’enquête. Maîtrisé par des passagers, l’homme a affirmé agir sur instructions d’Al-Qaïda, d’après ces sources.

L’avion a pu se poser sans encombre. Le suspect a été interpellé et était entendu par les enquêteurs vendredi soir. La Maison Blanche, qui parle d’une "tentative d’acte de terrorisme", a annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans le transport aérien, sans les détailler. Le président Obama, actuellement en vacances à Hawaï, s’est entretenu avec des responsables chargés de la sécurité et était tenu régulièrement informé, selon la Maison Blanche.

D’après des responsables des services chargés du maintien de l’ordre, le suspect est un Nigerian et s’appelle Umar Farouk Abdul Mutallab. Il aurait affirmé avoir reçu des instructions d’Al Qaïda pour faire exploser l’avion au-dessus du territoire américain.

Selon un représentant des forces de l’ordre s’exprimant sous couvert d’anonymat, son nom se trouvait dans une base de données des renseignements américains mais pas à un niveau qui exigeait de le placer sur une liste d’individus à surveiller ou interdits d’embarquer à bord d’un avion à destination des Etats-Unis.

D’après Peter King, membre de la Commission de la Chambre des Représentants sur la Sécurité Intérieure, le suspect avait apparemment embarqué au Nigeria à destination d’Amsterdam où il a pris le vol Northwest Airlines 253 pour Detroit, assuré par un Airbus A330 avec 278 passagers et 11 membres d’équipage à bord, dont trois pilotes.

Un porte-parole des autorités aéroportuaires du Nigeria, Akin Olunkule, a précisé que tous les passagers et leurs bagages étaient contrôlés avant l’embarquement à bord d’un vol international. Il a également déclaré que l’aéroport de Lagos avait passé avec succès un audit de l’administration américaine de la sécurité des transports en novembre.

Une porte-parole des forces de police à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol s’est de son côté refusée à tout commentaire sur l’incident ou sur les procédures de sécurité à l’aéroport pour le vol 253. Nombre de passagers transitent entre l’Afrique ou l’Asie et l’Amérique du Nord dans cet aéroport, l’un des plus fréquentés d’Europe, qui applique la réglementation européenne en matière de sécurité.

Delta Air Lines, qui a acquis l’an dernier Northwest Airlines, a précisé dans un communiqué qu’un "passager avait causé une perturbation à bord du vol" lors de "l’approche de Detroit". D’après le groupe, l’homme a été aussitôt maîtrisé et l’équipage a demandé la présence des forces de l’ordre pour l’arrivée du vol. L’avion s’est posé sans encombre. Puis le passager a été "placé en garde à vue et interrogé" par des enquêteurs.

D’après un responsable du renseignement américain, le suspect était en possession d’un engin explosif composé d’un mélange de poudre et de liquide. Le dispositif a fait long feu quand l’homme a tenté de l’actionner. Il avait "une sorte d’engin incendiaire qu’il a tenté d’allumer", explique un autre responsable.

Brûlé aux jambes, le suspect a été hospitalisé sous la garde des enquêteurs dans un établissement d’Ann Arbor (Michigan). Ses brûlures indiquent que l’engin était fixé à ses jambes, ont rapporté des responsables du maintien de l’ordre.

Selon les témoignages de passagers, une détonation a été entendue dans la cabine 20 minutes avant l’arrivée à Detroit. "On aurait dit un pétard dans une taie d’oreiller", a expliqué un passager néerlandais, Peter Smith. "D’abord il y a eu un ’pop’, puis de la fumée".

Un passager assis de l’autre côté a alors enjambé plusieurs sièges et a tenté de maîtriser le suspect, a ajouté M. Smith. Un autre passager, Syed Jafri, un Américain qui revenait des Emirats arabes unis, a expliqué que l’incident s’était déroulé durant la phase de descente.

M. Jafri, qui était assis trois rangées derrière le suspect, explique avoir vu une lueur et senti une odeur de fumée. Puis, poursuit-il, "un jeune homme (qui était) derrière moi lui a sauté dessus". "Ensuite, vous savez, il y a eu beaucoup de panique".

Après avoir été maîtrisé, le suspect a été amené à l’avant de l’avion, près de Melinda Dennis. L’homme avait l’air gravement brûlé aux jambes et son pantalon était déchiré, a déclaré cette passagère.

Elisabeth Isham Cory, porte-parole de l’administration fédérale de l’aviation civile (FAA) a de son côté déclaré que le vol s’était déroulé normalement jusqu’à l’approche vers Detroit. Un des pilotes a alors signalé une situation d’urgence. L’avion s’est posé ensuite sans encombre, à 12h51 (18h51 heure française), stationnant à l’écart du terminal, et entouré de véhicules de police et d’une ambulance.

Le 22 décembre 2001, un Britannique, Richard Reid, avait été maîtrisé par des passagers et membres de l’équipage à bord d’un vol Paris-Miami de la compagnie American Airlines alors qu’il tentait d’allumer des explosifs dissimulés dans ses chaussures. Condamné à perpétuité, il purge sa peine dans une prison américaine.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :