lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La CIA se défend sur l’attentat manqué contre un avion (...)

La CIA se défend sur l’attentat manqué contre un avion américain

Reuters

mercredi 30 décembre 2009, sélectionné par Spyworld

logo

La CIA a nié mardi avoir négligé de transmettre aux autres composantes du renseignement américain des données qu’elle avait collecté sur le principal suspect de l’attentat manqué sur le vol Amsterdam-Detroit.

Selon un reportage de la chaîne CNN, le père d’Omar Farouk Abdulmutallab, le jeune Nigérian accusé d’avoir voulu détruire cet avion en vol la semaine dernière, avait parlé de la radicalisation de son fils à un agent de la CIA.

Cet agent avait rédigé un rapport sur l’entretien, mais ce document n’a pas été diffusé par le siège du contre-espionnage américain aux autres agences de sécurité, rapporte CNN, qui cite une source non-identifiée.

Le père d’Abdulmutallab, un important banquier et ancien ministre Nigérian, avait fait part de son inquiétude à l’ambassade américaine d’Abuja, mais le nom de son fils n’a jamais été placé sur une liste d’interdiction de vol ("no-fly list").

Mardi soir, un porte-parole de la CIA a déclaré que le père était bien venu à l’ambassade des Etats-Unis au Nigeria et avait demandé de l’aide pour retrouver son fils.

La CIA affirme avoir alors collaboré avec l’ambassade pour ajouter le nom d’Abdulmutallab et de ses possibles contacts au Yémen à la base de donnée américaine sur les suspects de terrorisme, et avoir transmis ses données biographiques au Centre national de contre-terrorisme.

La CIA a défendu sa gestion des informations recueillies, soulignant que le Centre national de contre-terrorisme avait été créé pour "reconstituer le puzzle en matière de terrorisme".

Mardi, le président Barack Obama a estimé que la tentative d’attentat avait pu avoir lieu à cause d’une combinaison d’"erreurs humaines et systémiques".

Sans citer d’agence en particulier, Obama a estimé que les informations n’avaient pas été correctement relayées.

"Il apparaît à présent qu’il y a plusieurs semaines, cette information a été transmise à une composante de nos services de renseignement, mais qu’elle n’a pas été distribuée d’une façon qui aurait permis de faire inscrire le suspect sur la liste d’interdiction de vol", a-t-il accusé.

Doina Chiacu, version française Gregory Schwartz


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :