mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Panne majeure dans la surveillance du territoire américain

Panne majeure dans la surveillance du territoire américain

PCINpact

vendredi 16 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Un crash majeur du système informatique du Department of Homeland Security a soudain projeté la lumière des feux de la rampe sur le retard technologique monumental accumulé depuis dix ans par certains services. La panne en question a tout de même provoqué une très longue attente pour 4500 passagers et un blocage complet des demandes de visas et autres formulaires liés à la visite du territoire, y compris pour les étudiants.

En fait, le crash a totalement coupé l’accès à la base de données principale de l’immigration qui se trouve en Virginie. Ce n’est pas la première fois que le système connaît un crash, mais jamais de cette ampleur. Des plantages survenaient régulièrement mais ne bloquaient jamais complètement le système plus d’une demi-heure. Ce qui hélas était déjà bien pénible.

Il faut bien dire que le système informatique est quelque peu vieillissant. La dernière mise à jour majeure du matériel date de dix ans, et il y a dix ans, nous étions en 1995, si vous suivez ma pensée. Et oui, une grande partie du parc se trouve encore sous Windows 95, et ne parlons même pas du matériel lui-même.

En fait, les projets de mises à jour ont été nombreux, et l’un d’eux en particulier visait à migrer vers Windows 2000. En définitive, seule une partie du parc a pu être modifiée. Le reste utilisait des applications vieillissantes qui ne pouvaient pas fonctionner sur Windows 2000. Mais ces applications n’ont jamais été mises à jour, encore moins changées, et la partie du parc concernée est restée sous Windows 95.

Ceci expliquant cela, la lenteur et le manque de communication entre les services ont créé une situation où le pays ne peut tout simplement plus faire face aux demandes en temps et en heure. Environ un million de personnes sont toujours en attente d’une décision du bureau de l’immigration. En fait, les divers services impliqués dans le processus ne possèdent aucun lien entre leurs systèmes informatiques. Les informations doivent donc être saisies plusieurs fois, avec le risque d’erreur que cela comporte, et les autorisations ainsi qu’un grand nombre de données transitent par voie papier.

Le bureau de l’immigration a dépensé 280 millions de dollars sur les deux dernières années pour réduire voire supprimer la file d’attente. Malheureusement, il s’agissait en priorité d’engager temporairement un grand nombre de personnes, et dans une moindre mesure de mettre à jour le parc informatique. Seuls 2.5% de ce budget ont été affectés au renouvellement du matériel, à comparer au budget prévu pour le Department of Homeland Security en 2006 : 30.8 milliards de dollars.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :