dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > L’Américain détenu à Cuba soupçonné d’espionnage

L’Américain détenu à Cuba soupçonné d’espionnage

AFP

jeudi 7 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le ressortissant américain détenu depuis un mois à Cuba est bien traité et fait l’objet d’une enquête pour son travail présumé pour le compte des "services secrets américains", a déclaré mercredi le président du Parlement cubain, Ricardo Alarcon.

Mieux traîté que les victimes du renseignement US

"Comme l’a déjà dit (le président) Raul Castro, ce n’est pas un sous-traitant. Vous savez que c’est une nouvelle institution aux Etats-Unis, les agents, les bourreaux, les espions embauchés dans le cadre de la privatisation de la guerre" en Afghanistan ou en Irak, a déclaré à la presse M. Alarcon.

"Celui-là était un monsieur sous contrat d’une entreprise elle-même sous contrat des services secrets américains, nous avons fait une enquête. Et je peux vous assurer qu’il va beaucoup mieux, mais beaucoup mieux que les victimes des sous-traitants (américains) à travers le monde", a-t-il dit. Le président de la Cour suprême, Ruben Remigio Ferro, a lui précisé que l’affaire n’avait jusqu’à présent "pas été portée devant les tribunaux".

Sous-traitant de USAID

Des membres de la Section des intérêts américains à La Havane ont indiqué avoir pu rendre visite la semaine dernière à cet employé de la société Development Alternatives, sous-traitant de USAID (l’Agence américaine pour l’aide au développement), arrêté le 5 décembre pour avoir distribué des téléphones et ordinateurs portables au nom de l’administration de Barack Obama.

Le président Raul Castro avait accusé le 20 décembre Washington d’avoir envoyé cet homme, dont l’identité n’a pas été révélée, pour fournir des moyens de communication à l’opposition cubaine clandestine.

L’arrivée d’Obama au pouvoir n’a pas changé grand-chose

"L’ennemi reste aussi actif qu’auparavant et la détention il y a plusieurs jours d’un citoyen américain, désigné par euphémisme par le porte-parole du département d’Etat comme un sous-traitant de son gouvernement, en est l’illustration", avait dit Raul Castro dont le pays réclame depuis des années la libération de cinq Cubains condamnés en 2001 à de lourdes peines de prison aux Etats-Unis pour avoir infiltré les milieux anticastristes de Miami.

Cette affaire est intervenue alors que les relations entre les deux pays connaissent de nouvelles tensions après avoir donné des signes de détente à l’arrivée à la Maison blanche de Barack Obama il y a un an. Sous embargo américain depuis 48 ans, Cuba a officiellement protesté mardi auprès des Etats-Unis contre son inclusion dans la liste des pays dont les voyageurs sont considérés à risque en ce qui concerne le terrorisme.

48 ans d’embargo américain

Cuba est accusé par Washington d’héberger des membres du groupe basque ETA ou de la guérilla colombienne des FARC. M. Alarcon a refusé mercredi d’évoquer cette affaire devant la presse. Il a par ailleurs affirmé ignorer quand se déroulerait une deuxième discussion sur les flux migratoires avec les Etats-Unis que les deux pays avaient entamée l’an dernier après une suspension de cinq ans.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :