jeudi 14 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Yémen : une intervention militaire américaine renforcerait Al-Qaïda

Yémen : une intervention militaire américaine renforcerait Al-Qaïda

AFP

jeudi 7 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le vice-Premier ministre yéménite aux Affaires de la défense et de la sécurité, Rached al-Alimi, a averti jeudi qu’une intervention militaire américaine dans son pays, en guerre contre Al-Qaïda, "pourrait renforcer" le réseau extrémiste.

"Une intervention directe des Etats-Unis pourrait renforcer le réseau d’Al-Qaïda et non l’affaiblir", a déclaré M. Alimi lors d’une conférence de presse, appelant les pays occidentaux, dont les Etats-Unis, à apporter une aide en matériel et en formation à Sanaa dans sa guerre contre Al-Qaïda.

Des médias américains avaient fait état d’une participation américaine aux opérations militaires menées par les forces yéménites contre des positions d’Al-Qaïda les 17 et 24 décembre et qui s’étaient soldées par la mort de plus de 60 islamistes extrémistes dans le centre et l’est du Yémen.

"Notre position politique est claire : nous allons combattre et traquer le réseau d’Al-Qaïda par nos propres moyens", a insisté M. Alimi.

Mais, a-t-il ajouté, "Al-Qaïda étant une organisation mondiale qui menace la stabilité internationale, il faut qu’il y ait une coopération avec tous les pays du monde, et en premier lieu les Etats-Unis".

"Ce que nous demandons aux Etats-Unis, c’est une assistance en matière de formation et des armes pour les unités de lutte contre le terrorisme", a-t-il poursuivi, indiquant que la coopération dans le domaine de sécurité portait sur "un échange de renseignement" avec les Etats-Unis "ainsi qu’avec l’Arabie saoudite", pays voisin du Yémen.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Abou Bakr Al-Kourbi, avait affirmé que son pays refusait la participation de forces étrangères aux opérations qu’il mène Al-Qaïda.

"Le gouvernement (...) n’accepte pas la présence de forces étrangères sur son territoire sauf dans le cadre de la coopération pour la formation des forces yéménites", a-t-il déclaré au quotidien 26September, organe du ministère de la Défense.

La Grande-Bretagne et les Etats-Unis avaient annoncé qu’ils allaient renforcer leur action contre le terrorisme au Yémen et en Somalie à la suite de l’attentat suicide manqué du 25 décembre sur un avion américain.

Dimanche, le conseiller anti-terroriste du président américain Barack Obama, John Brennan, avait annoncé que Washington n’avait pas l’intention d’ouvrir au Yémen un "deuxième front" dans la guerre contre le terrorisme, ni d’y déployer des troupes "pour le moment", assurant toutefois que les Etats-Unis allaient "anéantir" Al-Qaïda.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :