lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Tirs de drones au Pakistan : divergence entre McCain et Islamabad

Tirs de drones au Pakistan : divergence entre McCain et Islamabad

AFP

vendredi 8 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le Pakistan a averti jeudi que les tirs de drones contre des rebelles présumés sur son territoire minaient "le consensus national" du pays en faveur de la guerre contre l’extrémisme, contredisant le sénateur américain John McCain qui juge cette technique "très efficace".

Le président pakistanais Asif Ali Zardari a estimé que "les attaques de drones au Pakistan minaient le consensus national" en faveur de la guerre, lors d’une rencontre avec une délégation de sénateurs américains, dirigée par John McCain, selon un communiqué de la présidence.

"Le président a souligné la nécessité d’un partenariat à long terme entre les Etats-Unis et le Pakistan basé sur les intérêts mutuels, le respect et la confiance réciproque", ajoute le communiqué.

"Le président a appelé la délégation américaine à persuader Washington de la nécessité d’un tranfert de technologie concernant les drones, afin que les forces pakistanaises de sécurité ciblent elles-mêmes les rebelles", l’action des forces étrangères soulevant des questions de "souveraineté", a souligné le communiqué.

Plus tôt à Kaboul, John McCain avait estimé que le recours aux drones pour frapper des camps rebelles dans les zones tribales pakistanaises était "très efficace" et devait continuer.

"Les frappes des drones font partie d’un ensemble de tactiques qui s’intégrent dans une stratégie de victoire et elles ont été très efficaces", avait-il déclaré à la presse.

Les drones ont "ébranlé Al-Qaïda et d’autres groupes et ils ont eu du succès", avait ajouté l’ancien candidat à la présidence des Etats-Unis.

John McCain s’exprimait quelques heures après que des drones américains eurent bombardé deux fois un camp rebelle présumé, faisant au moins 13 morts, dont quatre étrangers, dans le district tribal du Waziristan du Nord, un fief taliban, selon un nouveau bilan d’un responsable pakistanais de la sécurité communiqué à l’AFP.

Les tirs de missile visaient un fort de terre séchée à Sanzali, à 30 kilomètres à l’ouest de Miranshah, la principale ville du district, un bastion des talibans, de leurs alliés d’Al-Qaïda et de ceux du réseau Haqqani, qui attaquent régulièrement les troupes étrangères en Afghanistan.

Il s’agissait des quatrième et cinquième bombardements sur le Waziristan du Nord en une semaine.

Depuis l’arrivée au pouvoir du président Barack Obama, les Etats-Unis ont accru leurs frappes aériennes dans les zones tribales pakistanaises, suscitant de plus en plus de sentiments anti-américains au Pakistan.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :