jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Chine dit avoir testé avec succès un système de défense antimissile

La Chine dit avoir testé avec succès un système de défense antimissile

AP

lundi 11 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

La Chine a annoncé que son armée avait intercepté un missile en plein vol lundi. Un test réussi d’une nouvelle technologie antimissile, à l’heure où la tension augmente au sujet de Taïwan et où Pékin entend faire la preuve de ses capacités militaires avancées.

Cette "technologie d’interception de missiles en vol, basée au sol", a été testée sur le territoire chinois, a précisé lundi soir l’agence officielle Chine Nouvelle. "Cet essai est de nature défensive et n’est dirigé contre aucun pays", ajoute la très courte dépêche de Xinhua, en trois phrases.

Cette annonce fait suite à des plaintes répétées ces derniers jours de Pékin, qui dénonçait la vente par les Etats-Unis d’armes à Taïwan, notamment des missiles de défense antiaérienne PAC3. Une vente motivée par la menace chinoise sur l’île : on estime que Pékin aurait quelque 1.300 missiles balistiques positionnées en face de Taïwan, l’île nationaliste que la Chine continentale n’a jamais renoncé à récupérer et qu’elle considère toujours comme partie intégrante de son territoire.

L’armée chinoise a entamé une révolution technologique majeure, financée par un accroissement considérable des budgets de la défense, qui ont augmenté de 15% l’année dernière. Et la technologie en matière de missiles, bien qu’entourée du plus grand secret, est considérée comme l’un des points forts de l’armée chinoise.

Selon les observateurs, la technologie chinoise serait basée sur le perfectionnement apporté à des armements russes achetés dans les années 90 et connaît plusieurs axes de développement, dont des drones.

Des batteries d’intercepteurs de missiles seraient déployés près des grandes villes chinoises et des sites stratégiques comme le barrage des Trois-Gorges, mais également pour protéger les batteries de tir de missile chinoises, susceptibles de devenir des cibles en cas de conflit.

L’année dernière, la parade militaire marquant les 60 ans de la Chine communiste avait grandement impressionné les spécialistes, Pékin y affichant ouvertement son armement de dernière génération, missiles longue-portée et avions de combat de haute technologie inclus.

Une transparence nouvelle dont l’annonce de lundi est un exemple de plus, susceptible de flatter la fierté nationale chinoise mais aussi d’avoir un effet dissuasif pour ses ennemis, estime Hans Kristensen, spécialiste de l’armée chinoise à la Fédération scientifique américaine.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :