mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Iran : un spécialiste du nucléaire tué dans un attentat

Iran : un spécialiste du nucléaire tué dans un attentat

Le Figaro, avec AFP

mardi 12 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

L’universitaire, présenté comme un ponte de l’énergie atomique, a été tué dans l’explosion d’une bombe près de son domicile de Téhéran. Les médias iraniens accusent Israël et les « contre-révolutionnaires » d’être à l’origine de l’attentat.

L’Iran perd un universitaire présenté comme un spécialiste du nucléaire de haut rang. Professeur dans le domaine de l’énergie atomique, Massoud Ali Mohammadi a été tué mardi dans l’explosion d’une moto piégée près de son domicile de Téhéran, alors qu’il s’apprêtait à monter dans sa voiture, ont annoncé les autorités. Selon le procureur de la capitale, le corps de Massoud Ali Mohammadi « a été transféré à la médecine légale et une enquête a été ouverte pour identifier les responsables de l’explosion et les motifs ».

Les médias iraniens n’ont toutefois pas attendu pour attribuer cet attentat aux « contre-révolutionnaires » et à Israël. « Massoud Mohammadi était un professeur révolutionnaire et engagé qui est devenu martyr dans un attentat terroriste commis par des contre-révolutionnaires et les éléments de l’oppression mondiale », a affirmé la télévision d’Etat en persan, ajoutant que Mohammadi était un partisan de la Révolution de 1979. Citant des « responsables bien informés », la chaîne de télévision officielle en arabe al-Alam a estimé que, « compte tenu du type de l’explosion, l’attentat pourrait avoir été commis par les ‘hypocrites’ (les Moudjahidine du peuple, NDLR) ou avoir été planifié par le régime sioniste », à savoir Israël.

Contexte international et politique tendu

Cet attentat intervient alors que l’Iran est menacé de sanctions internationales pour sa politique nucléaire, et notamment pour son refus de renoncer à l’enrichissement d’uranium dont les Occidentaux craignent qu’il ne vise à doter la République islamique de l’arme nucléaire. Il intervient également dans un contexte politique très tendu, alors que le pouvoir a durement réprimé au cours des derniers mois l’opposition interne au régime, qui conteste la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en juin dernier.

Le 27 décembre, huit personnes ont été tuées lors de manifestations de l’opposition et plusieurs centaines d’autres ont été blessées ou arrêtées. Le pouvoir a mis en cause les pays occidentaux - Etats-Unis en tête -, ainsi qu’Israël et les Moudjahidine du peuple, dans le cadre de ces violences.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :