mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le FSB (ex KGB) manifeste son intérêt pour les drones israéliens

Le FSB (ex KGB) manifeste son intérêt pour les drones israéliens

RIA Novosti / Kommersant

mardi 12 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

A l’instar du ministère russe de la Défense qui a commencé à acheter l’an dernier des appareils volants sans pilote à Israël, d’autres structures de force sont prêts à suivre cet exemple, lit-on mardi dans le quotidien Kommersant.

Le Service fédéral de sécurité (FSB) est en pourparlers avec la société israélienne Aeronautics Défense Systems sur l’achat de drones, avant tout, pour contrôler les frontières russes. Les experts affirment que le FSB pourrait utiliser à cette fin des appareils analogues de fabrication russe.

Plusieurs sources au sein du complexe militaro-industriel russe ont déclaré qu’il s’agissait de l’achat d’au moins cinq appareils légers sans pilote Orbiter. Il y a trois ans, la Pologne avait acheté pour environ 3 millions de dollars six mini-drones de type d’avion d’un rayon d’action d’environ 50 km.

Aeronautics occupe la troisième place par ordre d’importance dans le domaine de l’aviation sans pilote en Israël, après Aerospace Industries (IAI) et Elbit Systems. Le ministère russe de la Défense a acheté à IAI 12 drones pour 53 millions de dollars. Elbit n’est plus considéré par les siloviki russes (représentants des structures de force) comme un fournisseur possible, car ses appareils Hermes 450 avaient équipé l’armée géorgienne pendant la guerre en Ossétie du Sud.

L’utilisation de drones pour protéger la frontière nationale avait été envisagée par le FSB depuis que le Service frontalier fédéral relève du FSB (depuis 2003). Selon une source au complexe militaro-industriel, les troupes de gardes-frontières du FSB ont effectivement besoin d’une grande quantité de ces appareils. A la fin de 2008, le Service frontalier du FSB et le ministère de la Défense avaient effectué des essais comparatifs de drones de fabrication russe, mais aucun d’entre eux n’avait accompli entièrement les missions nécessaires et l’un de ces appareils, l’Irkout-10, s’était même écrasé au cours des essais.

Comme l’a fait remarquer Denis Fedoutinov, le rédacteur en chef du portail internet UAV.ru, alors que le ministère de la Défense a acheté, entre autres, des systèmes sans pilote de ces classes, dont la mise au point n’était pas alors achevée en Russie (l’I-View MK150 tactique et le Searcher MkII de poids moyen), en l’occurrence, on achète des systèmes légers ayant déjà des analogues dans notre pays. Par exemple, l’Eleron-10 ou l’Irkout-10, même si le premier demande d’être perfectionné et que le deuxième s’est écrasé au cours des essais. Ils existent déjà, ce ne sont plus des projets, indique l’expert, mais des systèmes fabriqués en série. Ils ont des caractéristiques comparables à celles du drone israélien Orbiter.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :