jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Armée : la province de Luxembourg s’en sort mieux

Armée : la province de Luxembourg s’en sort mieux

Belga

mercredi 13 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les partis de la majorité ont obtenu le maintien en province de Luxembourg de quelque 300 militaires de plus que prévu initialement dans le plan de restructuration de l’armée présenté par le ministre de la Défense, Pieter De Crem, et notamment le maintien de l’École d’infanterie.

« Nous avons obtenu les adaptations au plan (de M. De Crem) que nous réclamions depuis le début », a affirmé le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Didier Reynders (MR), à la presse l’issue d’une longue réunion du Conseil des ministres restreint largement consacré à ce plan.

Il restera quelque 400 militaires à Arlon – contre 200 dans la version initiale du plan De Crem – et une centaine à Bastogne, où la caserne Sous-lieutenant Heintz, qui abrite le premier régiment d’artillerie de campagne (1A), fort de plus de 300 militaires, aurait dû fermer ses portes, a-t-il ajouté.

« Mais (il n’y aura) pas d’artillerie à Bastogne », a souligné M. De Crem (CD&V), qui a quelque peu minimisé les concessions faites aux trois partis francophones de la majorité.

La vice-Première ministre CDH, Joëlle Milquet, a quant à elle confirmé le maintien à Arlon de l’École d’artillerie, qui aurait au départ dû déménager vers Bourg-Léopold (Limbourg).

Selon elle, la province du Luxembourg conservera quelque 96 % des effectifs militaires actuels, alors que les autres provinces sont davantage touchées par les réductions de personnel prévues par le « plan De Crem ».

Le comité restreint a confirmé le Plan De Crem

Le comité ministériel restreint a confirmé le plan de réforme de l’armée du ministre de la Défense, Pieter De Crem, lors d’une réunion à laquelle participaient des parlementaires de la majorité, a indiqué le premier ministre Yves Leterme dans un communiqué.

Le comité restreint s’est réuni vers 11h en compagnie des membres la commission de suivi de cette réforme pour se pencher une deuxième fois sur le plan de M. De Crem. La semaine passée, le premier ministre et les vice-premiers ministres avaient convenu que le plan serait retouché. Les partis francophones dénonçaient certains volets du plan, en particulier les dispositions qui entraînaient la fermeture de casernes dans la province du Luxembourg.

Mercredi, dans un communiqué, le premier ministre a fait savoir que ce plan, approuvé en comité restreint à la fin de l’année passée, était confirmé « en ce inclus une série de modalités d’exécution proposées par le ministre de la Défense ».

Le 18 novembre, le comité restreint avait décidé de constituer un groupe de suivi composé de « techniciens » attachés aux cabinets des vice-Premiers ministres et de deux parlementaires de chacun des cinq partis de la majorité. Le communiqué de mercredi précise qu’un groupe de suivi composé de parlementaires sera mis sur pied, sans préciser si les mêmes parlementaires y siégeront. Il accompagnera la mise en place des modalités d’exécution de la réforme, en particulier les mouvements du personnel, les mesures sociales d’accompagnement, les éléments de flexibilité dans l’exécution de la réforme et le plan d’investissement de la Défense.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :