vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Pakistan : les talibans assurent que leur chef a échappé à un drone (...)

Pakistan : les talibans assurent que leur chef a échappé à un drone américain

AFP

jeudi 14 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda ont assuré que leur chef Hakimullah Mehsud, impliqué dans un attentat qui a tué sept agents de la CIA dans leur base en Afghanistan il y a 15 jours, a échappé jeudi à un tir de missiles américains dans le nord-ouest du Pakistan.

"Hakimullah Mehsud était présent sur les lieux de l’attaque du drone", a déclaré son porte-parole Azam Tariq dans un entretien téléphonique avec l’AFP. Quelques instants auparavant, une télévision pakistanaise avait annoncé que, "selon des informations non confirmées", il aurait été tué par les missiles d’un avion sans pilote américain qui ont fait au moins 10 morts en début de matinée.

"Mais il avait quitté les lieux quand le drone a attaqué, il est vivant et en bonne santé", a ajouté le porte-parole taliban, sans préciser à quel moment Mehsud était parti.

Dans la matinée, des officiers des forces de sécurité pakistanaises avaient annoncé qu’au moins un drone américain avait tiré des missiles sur un centre d’entraînement de talibans dans le district tribal du Waziristan du Nord, frontalier avec l’Afghanistan.

L’attaque a fait au moins 10 morts, essentiellement des "insurgés", selon ces sources.

Hakimullah Mehsud est le chef du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance à Al-Qaïda et mène, depuis l’été 2007, une vague sans précédent d’attentats, suicide pour la plupart, qui déjà tué près de 3.000 personnes dans tout le Pakistan.

Il avait succédé à Baïtullah Mehsud, tué le 5 août par les missiles d’un drone américain dans le Waziristan du Sud, le fief du TTP.

Hakimullah était apparu récemment dans une vidéo au côté d’un agent double jordanien renseignant les Américains mais à la solde d’Al-Qaïda. Ce dernier avait tué le 30 décembre sept agents de la CIA et un officier jordanien en faisant exploser la bombe qu’il dissimulait sur lui dans une base américaine à Khost, dans l’est de l’Afghanistan, près de la frontière pakistanaise.

Cette base était réputée abriter les services de la CIA chargés de traquer les cadres d’Al-Qaïda et des talibans afghans et de déterminer notamment les cibles des missiles américains dans les deux pays.

Or, depuis cet attentat au coeur même du dispositif américain de traque d’Oussama ben Laden et ses principaux lieutenants, dont on dit qu’ils se terrent dans les zones montagneuses entre Pakistan et Afghanistan, les attaques de drones américains se sont considérablement intensifiées dans les zones tribales pakistanaises.

La frappe de jeudi était la septième au Pakistan depuis l’attentat de Khost.

Des sources pakistanaises et occidentales proches des services de renseignement ont indiqué que les Américains avaient intensifié leurs recherches visant Hakimullah Mehsud depuis cet attentat, qui a tué notamment des agents d’élite de la CIA.

Près de 80 bombardements menés par des drones, dont seules la CIA et l’armée américaine basées en Afghanistan disposent dans la région, ont été recensés depuis août 2008, faisant plus de 700 morts, dont des civils selon les militaires pakistanais.

Washington refuse de les reconnaître officiellement et Islamabad proteste publiquement contre ces violations de sa souveraineté nationale. Mais les médias américains et pakistanais rapportent régulièrement qu’elles sont le fruit d’une entente secrète entre les deux pays.

Islamabad est, depuis la fin 2001, l’allié-clé de Washington dans la région dans sa "guerre contre le terrorisme", et c’est pour cela qu’Al-Qaïda et les talibans pakistanais ont décrété à l’été 2007 le jihad contre les autorités pakistanaises.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :