lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Espagne : un ex-agent secret nie avoir vendu des informations à la (...)

Espagne : un ex-agent secret nie avoir vendu des informations à la Russie

AFP

lundi 25 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Un ex-agent du Centre national de renseignement (CNI) espagnol, accusé de "trahison" pour avoir fourni des informations sensibles à la Russie entre 2001 et 2004, a rejeté lundi ces accusations lors de la première journée de son procès organisé à huis-clos à Madrid.

Un ex-agent du Centre national de renseignement (CNI) espagnol, accusé de "trahison" pour avoir fourni des informations sensibles à la Russie entre 2001 et 2004, a rejeté lundi ces accusations lors de la première journée de son procès organisé à huis-clos à Madrid.

Le parquet réclame 12 ans de prison pour "trahison" contre cet ex-agent, Roberto Flores Garcia, arrêté en juillet 2007 à Tenerife, île de l’archipel espagnol des Canaries.

"Aucune preuve n’a été apportée, montrant que M. Flores ait proposé ou fourni des informations aux services secrets russes ou à d’autres services secrets", a affirmé à la presse l’avocat de l’accusé, Manuel Ollé, à l’issue de la première journée de procès qui doit se poursuivre jusqu’à la semaine prochaine.

Le directeur du CNI de l’époque, Alberto Saiz, avait assuré au moment de son arrestation que l’agent incriminé avait transmis l’identité de dizaines d’agents espagnols.

L’agent double aurait également fourni des informations sur les procédures, les structures et les activités du principal service de renseignement espagnol, qui dépend du ministère de la Défense.

Les informations fournies étaient de portée nationale et internationale, sans lien avec la lutte antiterroriste, avait précisé le directeur du CNI.

L’agent, qui a travaillé pendant 12 ans au CNI, avait commencé à fournir ces informations en décembre 2001, "en l’échange de beaucoup d’argent", selon M. Saiz.

Cette infiltration avait obligé le CNI à modifier sa structure et l’organigramme de ses services.

Selon le parquet, l’agent double avait enregistré toutes ces informations sur différents supports : DVD, CD, cassettes... et l’ensemble avait été découvert lors de perquisitions réalisées dans deux domiciles de Tenerife peu après son arrestation.

Deux lettres dans lesquelles l’ex-agent proposait ses services à un responsable de l’ambassade de Russie en Espagne avaient aussi été saisies.

Son avocat a assuré que ces lettres faisaient partie d’un "exercice pratique" commandé par les responsables de son client "pour démontrer les failles de l’organisme pour lequel il travaillait".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :