jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Détention secrète : un rapport menaçant

Détention secrète : un rapport menaçant

AFP

mercredi 27 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Des experts des droits de l’homme de l’ONU ont estimé aujourd’hui que les détentions secrètes "étendues et systématiques" dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

"Si la détention secrète constitue une disparition forcée et est pratiquée de manière étendue ou systématique, elle pourrait même être considérée comme un crime contre l’humanité", expliquent les deux experts sur le contre-terrorisme et la torture dans un rapport qui doit être présenté en mars au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Selon le rapport qui porte sur la situation dans 66 pays, les détentions secrètes sont un phénomène commun qui s’est intensifié après les attaques du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis.

En dépit des lois internationales de protection des droits de l’individu, "les détentions secrètes continuent à être utiliser au nom de la lutte contre le terrorisme partout dans le monde", s’inquiètent les deux auteurs du rapport. "Si elles s’avèrent étendues et systématiques, elles pourraient atteindre le seuil du crime contre l’humanité", insistent-ils.

La "guerre contre le terrorisme", lancée par le président américain George W. Bush après les attaques du 11 septembre 2001, a engendré, selon les experts, "la mise en place progressive mais déterminée d’un vaste système coordonné de détentions secrètes de personnes soupçonnées de terrorisme, impliquant non seulement les autorités américaines mais aussi d’autres Etats dans presque toutes les régions du monde".

Les organisations non gouvernementales des droits de l’homme estiment que des dizaines de suspects ont été détenus et interrogés dans des prisons secrètes. Plusieurs organisations américaines ont publié en février 2009 des documents confirmant l’existence de prisons secrètes de la CIA en Irak et à Bagram, en Afghanistan. Ces documents révèlent également les liens du Pentagone avec la CIA dans le "programme secret de détention, de transfert et de torture", dont l’ancien président américain George W. Bush a lui-même reconnu l’existence en 2006.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :