mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Armement : la France bien placée pour un méga-contrat au Pakistan

Armement : la France bien placée pour un méga-contrat au Pakistan

A. R., Les Echos

vendredi 29 janvier 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Islamabad a retenu l’intégrateur ATE pour équiper entre 50 et 100 exemplaires de son avion de chasse, le JF-17. Le contrat est évalué à plus de 1 milliard d’euros.

Après des années de disette, la France pourrait frapper un très grand coup au Pakistan en matière d’armement. A l’issue d’un appel d’offres, Islamabad vient de retenir l’intégrateur ATE pour équiper d’électronique et de missiles entre 50 et 100 exemplaires du JF-17, son avion de chasse conçu avec l’aide de Pékin, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information de la lettre « Intelligence Online ». Soit potentiellement plus de 1 milliard d’euros à partager entre l’intégrateur français d’origine sud-africaine et ses deux principaux partenaires sur l’affaire, Thales pour l’électronique et MBDA pour les missiles.

Le contrat est prêt à être signé. Mais il faut d’abord qu’un accord de sécurité soit signé entre les deux pays, étant donné la nature très sensible des équipements en jeu. « Près de 90 % du chemin a été fait, et les points qui restent sont peu nombreux et ne comptent pas parmi les plus sensibles », explique-t-on de source proche des négociations. La conclusion de cet accord bilatéral pourrait donc intervenir au premier semestre. Reste une deuxième condition, de taille : que le pays client, très endetté, mobilise l’argent nécessaire, comme il le promet.

Désireux de se doter d’un appareil « national » pour des missions d’attaque au sol notamment, le Pakistan a fait appel à la Chine au milieu des années 1990. Après des hauts et des bas, le programme a enfin décollé. La production du JF-17 a débuté récemment. Mais Islamabad, soucieux de ne pas dépendre d’un seul fournisseur pour un armement aussi stratégique et de se doter d’une technologie plus moderne, a délibérément limité sa coopération avec Pékin. Ainsi, selon les plans de son armée de l’air, seuls les 50 premiers exemplaires du JF-17 seront produits entièrement sous licence chinoise.

Pour équiper les suivants, le gouvernement a lancé un appel d’offres auquel ont répondu deux sociétés françaises, ATE et Astrac (une coentreprise entre Thales et Safran), ainsi que Finmeccanica. Pour finalement retenir l’offre d’ATE, même si l’information n’a pas encore été confirmée officiellement. Le contrat négocié prévoit une tranche ferme portant sur 50 avions, et une tranche optionnelle du même nombre, pour une livraison prévue à partir de 2013.

Au total, le Pakistan aimerait construire 400 JF-17, mais cette cible reste à confirmer. De même que les autorités locales doivent faire la preuve qu’elles vont mobiliser l’argent nécessaire pour le standard « occidentalisé » de son avion de chasse. « C’est le point crucial. Mais, jusqu’à présent, le Pakistan a toujours déclaré que le programme faisait partie de ses priorités », explique-t-on.

Contacté, ATE n’a pas souhaité s’exprimer.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :