dimanche 10 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Corée du Nord "n’abandonnera pas ses armes nucléaires"

La Corée du Nord "n’abandonnera pas ses armes nucléaires"

Nouvelobs.com

samedi 20 février 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Pyongyang affirme s’être doté d’armes atomiques pour sa propre défense et non "pour menacer quiconque ou pour recevoir des faveurs économiques ou des récompenses".

La Corée du Nord ne renoncera pas à l’arme nucléaire contre une aide économique, a assuré vendredi 19 février l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, tout en répétant que les Etats-Unis doivent abandonner leur politique "hostile" vis-à-vis de Pyongyang. Ce serait une "erreur de jugement" de la part de la communauté internationale que de croire que Pyongyang abandonnera ses bombes atomiques en échange d’une aide économique, a assuré KCNA.

"A moins que les Etats-Unis ne mettent fin à leur politique hostile et à leurs menaces envers notre république, nous n’abandonnerons pas nos armes nucléaires, même si la terre venait à se fendre", ajoute l’agence.

La Corée du Nord a mis au point des armes atomiques pour sa propre défense, et "pas pour menacer quiconque ou pour recevoir des faveurs économiques ou des récompenses", poursuit KCNA.

Une paix impossible ?

Pour reprendre les négociations sur son désarmement nucléaire, Pyongyang a exigé que Washington s’engage à ouvrir des négociations sur un traité de paix officiel dans la péninsule coréenne. Pyongyang estime que les Américains sont les seuls à pouvoir offrir au régime un traité de paix, la guerre de Corée (1950-1953) s’étant terminée par un simple armistice, laissant techniquement la péninsule coréenne en état de guerre.

Les Nord-Coréens exigent aussi la levée des sanctions imposées par l’ONU à la suite de ses essais nucléaires et de tirs de missiles. La communauté internationale tente depuis plusieurs mois de ramener Pyongyang à la table des négociations sur son programme nucléaire, interrompues en avril dernier après que l’ONU eut sanctionné un tir de missile nord-coréen. A l’issue d’une visite à Pyongyang, l’envoyé de l’ONU, Lynn Pascoe avait déclaré le 12 février que la Corée communiste n’était "pas pressée" de reprendre ces discussions à Six qui impliquent également la Corée du Sud, la Chine, le Japon, les Etats-Unis, la Russie).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :