vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > L’utilisation de drones au Pakistan n’a pas d’effet sur (...)

L’utilisation de drones au Pakistan n’a pas d’effet sur la guerre

Le Monde, avec AFP

vendredi 26 février 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Les attaques de drones menées par les États-Unis dans les zones tribales pakistanaises "ont atteint leurs limites", estime la New America Foundation, à Washington. Dans un rapport intitulé The Year of the Drone, publié jeudi, ce centre de réflexion estime que cette tactique a plus d’inconvénients que d’avantages.

L’utilisation de drones a sensiblement augmenté depuis l’entrée en fonctions du président Barack Obama en janvier 2009 : il ordonné plus d’attaques par des avions sans pilote en 2009 qu’il n’y en avait eu au cours des huit années précédentes. Ces attaques ont fait entre 830 et 1 210 morts, selon le rapport de la New America Foundation. Elles auraient notamment provoqué la mort de plusieurs chefs extrémistes, dont celle en août 2009 de Baitullah Mehsud, ancien dirigeant des talibans pakistanais, qui était le leader extrémiste le plus recherché du Pakistan.

Peter Bergen, co-auteur du rapport, et Katherine Tiedemann soulignent que l’augmentation du nombre de ces attaques n’a pas eu pour effet d’affaiblir les forces des talibans ou d’Al-Qaida, ni de perturber les programmes d’entraînement dans les zones tribales pakistanaises, où les combattants extrémistes se préparent pour combattre en Afghanistan ou mener des attentats en Occident.

Le rapport cite l’exemple de Najibullah Zazi, un Afghan naturalisé américain accusé d’avoir programmé des attentats à New York, qui "a acquis ses connaissances techniques dans des camps d’entraînement des zones tribales pakistanaises à l’automne 2008 au moment où le programme de drones tournait à plein régime". Les attentats-suicides au Pakistan et en Afghanistan ont d’ailleurs augmenté parallèlement à l’augmentation des attaques de drones. Ces attaques sont également critiquées car elles font des victimes civiles en contradiction avec la doctrine américaine qui consiste à "gagner les cœurs et les esprits", soulignent les auteurs. Selon le rapport, 32 % des victimes de ces attaques depuis 2004 sont des civils.

Le rapport souligne enfin que l’assassinat de militants extrémistes recherchés, plutôt que leur capture, prive le renseignement américain et pakistanais d’informations de grande valeur. L’armée américaine a choisi d’intensifier les attaques de drones pour éviter d’envoyer des troupes au Pakistan ou de devoir compter sur les forces pakistanaises, soupçonnées de manquer parfois de zèle dans la lutte contre l’extrémisme.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :