dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le chef de l’AIEA prudent sur le caractère civil ou non du nucléaire (...)

Le chef de l’AIEA prudent sur le caractère civil ou non du nucléaire iranien

AP

lundi 1er mars 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui dépend des Nations unies, a déclaré lundi qu’il ne pouvait dire si toutes les activités nucléaires de l’Iran étaient à caractère strictement civil, comme le soutient Téhéran. Une formulation considérablement plus prudente que son récent rapport évoquant un programme militaire secret.

Des diplomates internationaux ayant parlé séparément à l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat ont par ailleurs affirmé que l’Iran résistait au souhait de l’AIEA d’installer des caméras supplémentaires de surveillance du programme d’enrichissement d’uranium de 3,5% à 20% qu’il a lancé le 7 février dans la centrale de Natanz.

Les Occidentaux soupçonnent qu’il s’agit d’un nouveau pas vers l’arme atomique car selon les experts franchir le seuil des 20% et passer aux 90% nécessaires pour une bombe ne prendrait qu’environ six mois.

Interrogé sur la surveillance du nouveau programme d’enrichissement, le chef de l’AIEA a seulement répondu que les ajustements nécessaires "prenaient un certain temps".

En 2007, le renseignement américain avait conclu que l’Iran avait développé un programme militaire secret jusqu’en 2003. Yukiya Amano suggérait pour la première fois la semaine dernière dans son rapport aux gouverneurs des 35 pays membres de l’AIEA que le régime des mollahs pourrait avoir relancé ce programme ou qu’il ne l’aurait jamais suspendu.

Il exprimait "des inquiétudes quant à la possible existence en Iran d’activités clandestines passées ou en cours liées au développement d’une charge nucléaire pour un missile".

Dans sa déclaration de lundi, le diplomate japonais ne consacre à l’Iran que quatre paragraphes, sur huit pages, et se contente d’affirmer que l’AIEA "ne peut pas confirmer que toute la matière nucléaire en iran est (destinée) à des activités pacifiques".

Le changement de ton a en tout cas satisfait le chef de la délégation iranienne au siège de l’AIEA, à Vienne. "Le rapport oral de M. amano est un peu meilleur que celui écrit", qui était "injustifié et inacceptable", a jugé Ali Asghar Soltanieh.

Les pays non-alignés, qui représentent environ un tiers du conseil des gouverneurs de l’AIEA, comptent quant à eux réaffirmer leur soutien à Téhéran et à tous les pays qui veulent maîtriser le nucléaire civil dans une déclaration au conseil dans les prochains jours, selon un texte communiqué à l’Associated Press.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :