mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Liban/Télécoms : polémique et accusations d’espionnage contre (...)

Liban/Télécoms : polémique et accusations d’espionnage contre Washington

AFP

mardi 2 mars 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Une requête américaine pour obtenir des informations sur le réseau de téléphonie du pays a créé la polémique au Liban, entraînant des accusations d’espionnage, ainsi qu’une réunion d’urgence et une mise au point des autorités lundi.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a confirmé qu’une requête avait été transmise, via l’ambassade américaine, par la division du département d’Etat chargée de la lutte contre le trafic de stupéfiants dans le monde, qui participe à l’entraînement des forces de sécurité au Liban.

Elle a été rejetée, signale le texte.

Titrant "L’ambassade américaine espionne le Liban", le quotidien As-Safir, proche de la minorité soutenue par Damas et Téhéran, avait révélé dans son édition de vendredi l’existence d’une telle démarche auprès du gouvernement libanais en avril 2009.

La polémique a entraîné une réunion d’urgence des membres de la commission parlementaire de l’Information et des Télécommunications et de hauts responsables, dont le ministre de l’Intérieur Ziad Baroud.

"Si ce qui a été publié dans le journal est exact, nous pourrions nous retrouver face à une situation sensible et dangereuse", a réagi Hassan Fadlallah, à la tête de la commission.

"Nous devons nous opposer à toute tentative de nuire à la souveraineté libanaise, que cela vienne des ambassades américaine, iranienne, syrienne, française, ou de n’importe quelle autre représentation", a poursuivi ce député du Hezbollah, pilier de la minorité parlementaire.

Le chef du mouvement chiite Hassan Nasrallah a également dénoncé dans la soirée la requête américaine. "En raison des liens stratégiques entre les Etats-Unis et Israël, toute information recueillie grâce à ce genre de requête (...) parvient aux Israéliens", a déclaré cheikh Nasrallah.

"Cela revient à offrir à Israël des informations sur un plateau d’argent par procuration, et nous espérons qu’aucun citoyen libanais ne collabore avec l’ambassade américaine dans cette affaire", a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Energie Gebrane Bassil (minorité), titulaire à l’époque du portefeuille des Télécommunications, a également affirmé à l’AFP que la requête américaine avait été rejetée.

"Ils ont demandé l’accès à des informations très détaillées sur le réseau de téléphonie mobile au Liban", a-t-il expliqué.

"En tant que ministre, je ne pense pas qu’une partie étrangère, quel que soit le pays qu’elle représente, ait besoin d’une telle information", a-t-il poursuivi.

L’ambassade américaine n’a pas souhaité réagir.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :