samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > "Dubaïgate" : Interpol émet 16 nouveaux avis de recherche

"Dubaïgate" : Interpol émet 16 nouveaux avis de recherche

Le Monde, avec AFP

lundi 8 mars 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Interpol a annoncé, lundi 8 mars, avoir émis seize nouveaux avis de recherche pour permettre l’arrestation et l’extradition de la deuxième équipe de suspects dans l’assassinat d’un cadre du Hamas en janvier à Dubaï. Ces nouveaux avis de recherche portent à vingt-sept le nombre de "notices rouges" émises dans cette affaire par l’organisation de coopération policière internationale, dont le siège est à Lyon.

Le 18 février, Interpol avait déjà lancé onze avis de recherche à l’encontre de membres présumés de la première équipe, soupçonnés d’avoir directement participé à l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh. Les seize nouveaux avis de recherche visent quant à eux une "deuxième équipe soupçonnée d’avoir aidé et encouragé la première en faisant le guet et en procédant à la filature de Mahmoud Al-Mabhouh, pour rapporter ses faits et gestes depuis son arrivée à l’aéroport de Dubaï", explique Interpol dans un communiqué.

L’ENQUÊTE SE POURSUIT

Le groupe est composé de onze hommes et cinq femmes, dont les photographies sont en accès libre sur la page d’accueil du site Internet d’Interpol. Parmi eux, six ont avancé la nationalité britannique, trois se sont dits australiens, tandis que la nationalité des sept autres n’est pas évoquée par Interpol. L’organisation de coopération policière internationale annonce par ailleurs qu’elle va rejoindre la cellule d’enquête basée à Dubaï chargée d’enquêter sur l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh.

Le leader du Hamas, considéré par Israël comme un maillon essentiel de la contrebande d’armes à destination de la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas, avait été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel à Dubaï le 20 janvier. La police de Dubaï a publié une liste de vingt-six suspects porteurs, selon elle, de vrais-faux passeports (douze britanniques, six irlandais, quatre français, trois australiens et un allemand) avec leurs photographies, indiquant que les passeports étaient authentiques et que les suspects en avaient fait une utilisation frauduleuse par usurpation d’identité. Un vingt-septième suspect avait été évoqué, sans que son identité soit révélée.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :