dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un fonctionnaire du Pentagone accusé d’avoir mis sur pied une unité (...)

Un fonctionnaire du Pentagone accusé d’avoir mis sur pied une unité de lutte contre les talibans

Le Monde, avec AFP

lundi 15 mars 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Une unité formée d’agents de sécurité privés chargés de pister et d’éliminer les extrémistes islamistes actifs au Pakistan et en Afghanistan a été mise sur pied par un fonctionnaire du Pentagone, rapporte le New York Times. L’homme en question, nommé Michael Furlong, aurait puisé dans des fonds destinés à améliorer les connaissances de l’état-major américain sur la société afghane pour financer ces opérations secrètes de part et d’autre de la frontière pakistano-afghane, poursuit le quotidien, qui cite des responsables militaires et des hommes d’affaires américains et afghans.

L’ancien officier de l’US Air Force, devenu membre du personnel civil de l’armée, a fait appel à des sociétés de sécurité privées qui emploient d’anciens membres de la CIA et des forces spéciales, précise le New York Times. Ces agents, chargés de collecter des informations sur les activistes et de localiser les camps de la guérilla, les transmettraient à l’armée et aux services de renseignement en vue d’opérations militaires.

Une enquête a été ouverte, ajoutent les sources citées par le New York Times, dont certaines se disent troublées par l’initiative. "Bien qu’aucune mission de renseignement légitime n’ait été affectée, c’est généralement une mauvaise idée d’envoyer de prétendus James Bond dans une zone de guerre", commente ainsi l’un des responsables américains ayant requis l’anonymat. Le colonel Kathleen Cook, porte-parole du commandement stratégique de l’armée américaine dont dépend Michael Furlong, a refusé qu’il soit interviewé, ajoute le journal. Selon Robert Young Pelton, un sous-traitant de l’armée américaine, M. Furlong a outrepassé sa mission. "Nous fournissions des informations pour les aider à comprendre la situation en Afghanistan et cela a été utilisé pour tuer des gens", a-t-il expliqué.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :