mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le FBI cherche de l’uranium dans les mosquées américaines

Le FBI cherche de l’uranium dans les mosquées américaines

Alain Salles, le Monde

mercredi 28 décembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Depuis le 11-Septembre, les mosquées américaines sont-elles devenues radioactives ? Elles font en tout cas l’objet des attentions particulières et secrètes du FBI (Bureau fédéral d’enquêtes), qui a placé des détecteurs de matériaux radioactifs aux abords des lieux de culte musulman. Des entreprises ou des magasins fréquentés par des musulmans font également partie d’une centaine de sites placés sous surveillance par le FBI, à la recherche de traces d’uranium ou d’autres composants nucléaires, dans plusieurs villes américaines comme Washington, Chicago ou New York. Ces opérations sont effectuées sans mandat, ni autorisation d’un juge.

Le FBI a confirmé les informations publiées par le magazine US News and World Report : le gouvernement a bien mis en place plusieurs dispositifs de contrôle dans des lieux publics, comme les aéroports, les gares ou les stations de métro, pour récupérer tout matériel radioactif susceptible d’être utilisé par d’éventuels terroristes. Mais cette surveillance de lieux privés avait été soigneusement cachée. Le FBI estime que ces actions menées à l’extérieur des bâtiments "ne nécessitent pas de mandats". Elles ne semblent avoir donné aucun résultat et ont été révélées en décembre, quelques jours après la découverte que l’Agence de sécurité nationale (NSA) écoutait en secret les communications de citoyens américains.

Le Conseil pour les relations islamo-américaines (CAIR) s’inquiète de l’instauration d’une "justice à deux vitesses", avec des "droits réduits pour les musulmans" qui sont "discriminés en raison de leur foi".

Dans la surenchère sécuritaire qui prévaut aux Etats-Unis, les Américains d’origine arabe ou musulmane doivent parfois lutter pour ne pas être assimilés à des terroristes. L’Institut des Arabes-Américains vient ainsi de dénoncer une campagne publicitaire pour sécuriser les permis de conduire, montrant un terroriste recouvert d’un keffieh tenant dans une main une grenade et dans l’autre un permis de conduire, avec pour slogan : "Ne donnez pas de papiers aux terroristes".

Les affiches, qui comportaient des caractères arabes, ont été retirées. Le président de cet institut, James Zogby, refuse d’être alarmiste : "Le public et le Congrès nous soutiennent. Il est normal qu’il y ait des opérations de surveillance, mais dans le cadre de la loi. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités."


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :