mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > L’avenir de la politique européenne de défense au menu des « échanges (...)

L’avenir de la politique européenne de défense au menu des « échanges de la questure »

Ministère de la Défense

jeudi 1er avril 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Dans les salons de la questure de l’Assemblée Nationale, mercredi 31 mars se tenaient « les échanges de la questure », en présence du ministre de la Défense.

Lors de ce séminaire portant sur l’avenir de la politique européenne de défense , Hervé Morin a rappelé qu’en « rentrant dans le commandement intégré de l’OTAN, la France a prouvé qu’il n’existait pas de contradiction entre une implication pleine et entière dans l’Europe et dans l’OTAN. L’Europe de la défense est quelques chose de nouveau, fruit d’une renonciation au « hard power » (puissance de feu, guerre totale) depuis la fin de la seconde guerre mondiale ».

Autour de Damien Abad, député européen et initiateur du projet, le ministre a ensuite évoqué les pistes pour la poursuite de cette construction, au premier rang desquelles la création d’un conseil des ministres de la défense de l’Union européenne et celle d’un centre de conduite des opérations européennes. Des pistes dont se rapprochait Catherine Ashton, la Haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’Union européenne, lors de leur dernière rencontre.

Au chapitre également de ce discours introductif au débat : « une meilleure synergie entre action civile de développement et de reconstruction et les moyens militaires. » Le député Arnaud Danjean, président de la sous-commission sécurité et défense du parlement européen, poursuivait son propos en prenant pour exemple la difficile mise en action des européens en Haïti alors que ces derniers rencontrent un succès pour l’opération européenne de lutte contre la piraterie en golfe d’Aden Atalante . »

Enfin, en présence du député Olivier Dassault, le Ministre s’est exprimé sur la nécessité « de construire l’Europe de défense des matériels d’armement par le biais de l’Agence européenne de défense (AED) , les décisions nationales mais également par l’érection de groupes industriels de défense européens dans lesquels les français auraient un rôle majeur à jouer,

l’émergence de véritables marchés et programmes européens de la défense prenant comme l’escadron de transport tactique européen. »

Guillaume Claret


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :