mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Brice Hortefeux présente un plan pour la sécurisation des transports

Brice Hortefeux présente un plan pour la sécurisation des transports

Gouvernement.fr

vendredi 16 avril 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Afin d’apporter une réponse ciblée à chaque type d’insécurité, le ministre de l’Intérieur a présenté, le 14 avril à Houilles (Yvelines), un plan visant à renforcer la sécurité dans les transports collectifs. Ce plan intègre notamment la création d’une "task force" au plus haut niveau, le développement de la vidéoprotection et la mise au point de systèmes d’alerte et de géolocalisation dans les bus ou tramways.

Un véritable "QG pour mener ensemble la guerre contre l’insécurité dans les transports" va être mis en place. Brice Hortefeux a en effet annoncé le 14 avril la création d’une "task force pour la sécurité des transports" qui réunira régulièrement, autour du ministre, le secrétariat d’état aux Transports, les plus hauts responsables des forces de sécurité intérieure (préfet de police, DGPN, DGGN) et les grands opérateurs (SNCF, RATP). En fonction des remontées quotidiennes transmises par la toute nouvelle "unité de coordination de sécurité des transports en commun", cette task force "décidera et ajustera la politique de sécurisation dans les transports en commun ", précise le communiqué du ministère.

Pour le ministre, "les régions doivent être davantage des partenaires de l’État en matière de sécurité". Des contrats locaux de sécurité dédiés aux transports seront conclus entre l’État et les régions d’ici à la fin de cette année. Le ministre propose notamment de mettre au point, avec les opérateurs, "un système d’alerte sur les tableaux de bord des bus et des tramways des grandes agglomérations, permettant au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche de "géolocaliser" le bus ou le tramway en difficulté". Il souhaite aussi "encourager les opérateurs à moderniser les matériels" : éclairage des gares, nettoyages des tags avec l’aide des collectivités territoriales". Dresser une carte précise des menaces

Puisque certaines lignes concentrent la plupart des phénomènes de délinquance observés, il est essentiel d’assurer "un meilleur ciblage de la menace". Le ministre a donc demandé aux préfets de zone de "dresser dans toute la France, gare par gare, d’ici à la fin du mois de mai, la carte des menaces".

D’ores et déjà, à Paris, les six grandes gares SNCF (Saint-Lazare, Montparnasse, Lyon, Austerlitz, Nord et Est) ainsi que celle de la RATP (les Halles) vont faire l’objet d’une surveillance renforcée, avec une attention particulière pour la Gare du Nord. En région parisienne, certaines gares seront mieux surveillées (comme les gares de Saint-Denis et de la Défense), ainsi que quatre axes du Grand Paris méritant une "sécurisation renforcée : Paris-Beauvais, Paris-Mantes-la-Jolie, Paris-Creil et Paris-Dreux".

Dans chacune de ces gares, des patrouilles polyvalentes métro/RER/train/bus seront développées afin de "donner aux patrouilles la même mobilité que celle des délinquants". Les unités d’accueil et de sécurisation seront amenées à évoluer "en véritables commissariats de gare". Développer la vidéoprotection

L’État consacrera 30 millions d’euros en 2010 au développement de la vidéoprotection, a rappelé Brice Hortefeux, qui a annoncé que la SNCF, pour sa part, s’était engagée à faire passer le nombre de caméras embarquées dans les rames et les gares de 14 400 à 25 000 d’ici à 2012-2013. "Je veillerai personnellement à ce que les opérateurs tiennent les engagements et les délais de leur plan d’équipement" de vidéoprotection, a-t-il précisé.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :