mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Des milliers d’attaques quotidiennes contre les ordinateurs du (...)

Des milliers d’attaques quotidiennes contre les ordinateurs du Pentagone

Slate.fr

samedi 17 avril 2010, sélectionné par Spyworld

logo

Des réseaux informatiques essentiels pour le Pentagone et l’armée américaine sont attaqués par des hackers, des groupes criminels et même des pays des centaines ou des milliers de fois par jour selon l’officier supérieur qui vient d’être pressenti pour diriger le commandement cybernétique de l’US Army.

Le lieutenant Général. Keith B. Alexander, spécialiste du renseignement et qui dirige la NSA (National Security Agency) depuis 2005, a déclaré le 15 avril devant des parlementaires chargés d’examiner sa possible nomination que l’une des raisons majeures pour laquelle le Secrétaire à la défense Robert M. Gates a créé un Cyber Command est « le nombre d’attaques que nous voyons arriver aux portes du Département de la défense tous les jours ».

Selon le Sénateur Carl Levin, qui dirige la Commission des forces armées du Sénat américain, le nouveau commandement « garantit une vigilance permanente » car « les capacités d’opérer dans le cyber espace ont dépassé le développement des lois et des moyens de contrôle et de police. Cela est particulièrement préoccupant car les armes cybernétiques et les attaques sont potentiellement dévastatrices et peuvent approcher les effets d’armes e destruction massives »

Les parlementaires ont aussi interrogé le Général Alexander sur la défense des libertés publiques et le contrôle par le président des capacités militaires du Cyber Command qui en cas de crise peut être amené à intervenir sur le sol des Etats-Unis pour protéger les réseaux.

Le Sénat a insisté pour que le nouveau Cyber Command se coordonne étroitement avec le Département de la sécurité et le Commandement Nord, responsable de la défense du territoire américain.

Pour Richard Clarke, ancien conseiller de la Maison Blanche pour les administration Clinton et Bush, « toute guerre régionale ou majeure dans l’avenir comprendra des attaques cybernétiques sous une forme ou une autre ». Toujours selon Richard Clarke, les Etats-Unis sont prêts à passer à l’offensive dans une telle confrontation mais ne sont pas suffisamment préparés pour se défendre.

L’administration Obama a notamment été frappée il y a deux ans quand l’armée Russe a envahi une partie du territoire géorgien que dans le même temps des attaques de hackers ont fait tomber les réseaux d’ordinateurs gouvernementaux, bancaires et des médias désorganisant totalement le pays.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :